Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 juillet 2017 1 31 /07 /juillet /2017 15:07

Coupure retrouvé dans mes archives un petit article de l'Express de décembre 1959

Camus et Jeanne Moreau
Jeanne Moreau (1928-2017) Quelques jours avant sa tragique disparition, alors qu'il est en pleine rédaction de son roman "Le Premier Homme", Albert Camus refuse non sans regrets de donner la réplique à Jeanne Moreau dans "Moderato Cantabile", rôle qui sera finalement confié à Jean-Paul Belmondo. "Question cinéma, j'aurais été bien plus intéressé par un rôle dans un film : Brook et une part de moi regrette encore d'avoir dit non. Mais la sagesse le commandait : je n'ai que huit mois devant moi pour écrire le premier état de mon livre, et ce sera à peine suffisant. Je l'ai dit cependant à Brook : si le film ne se fait pas cette année, je suis d'accord pour l'an prochain. Mais il avait l'air persuadé de le faire en février [1960] et je m'en réjouis pour lui et pour Jeanne Moreau (à qui vous serez gentille d'expliquer mes raisons et de faire mes particulières excuses)". ---- Lettre d'Albert Camus à son agent théâtral Micheline Rozan (décembre 1959). Voir site : https://www.facebook.com/AlbertCamusAuthor/
Jeanne Moreau et Jean-Paul Belmondo

Jeanne Moreau et Jean-Paul Belmondo

Repost 0
Published by www.aurelia.myrtho.com
commenter cet article
7 juillet 2017 5 07 /07 /juillet /2017 15:17

          Ce texte a été écrit en juillet 2012. Il est de nouveau d'actualité. Un film- biopic, tès discutable sur Godard, Anne Wiazemski et la Chinoise, d'après le récit d'Anne Wiazemski,vient de sortir. Pierre Henry, le compositeur de Messe pour le temps présent vient de disparaître.

 

              Pour l’enfant d’outre Méditerranée que j’étais, Avignon était une ville du midi de la France, célèbre par un pont où, selon la chanson, on y dansait en rond. Lorsque j’ai commencé à voyager, j’apercevais du train une ville cernée de fortifications avec au loin les tours d’un Palais, qui avait dans les temps jadis, hébergeaient des papes, et la légende disait même que la mule d’un pape serait montée au sommet d’une tour.

        Au cours de l’été 58, mes parents se décidèrent à faire un voyage de Marseille à Paris en empruntant leur deux-chevaux Citroën. Nous profitons du voyage pour visiter les lieux dont nos livres d’histoire nous avaient signalé l’intérêt. Parti de Marseille, il était indispensable de s’arrêter à Avignon pour visiter son Palais,  à Montélimar pour y déguster ses nougats et à Lyon pour y admirer le confluent de la Saône et du Rhône, sachant bien que sur l’eau du Rhône, il n’y avait qu’un accent circonflexe.

     Arrivé à Avignon, nous avons aperçu ce pont, dont la démolition d’une des têtes, témoignaient des guerres qui avaient lieu entre le Royaume de France et le Comtat Vénaissin, géré par le légat du Pape. Entrant dans la cour d’honneur du Palais des Papes, nous avions été surpris de voir des gradins installés pour les représentations théâtrales du TNP de Jean Vilar, prévus quelques jours après notre arrivée. Notre emploi du temps ne nous permettait pas de rester. Il devait y avoir Lorenzaccio avec Gérard Philipe. J’avais une grande admiration pour Vilar, dont mon professeur de Lettres Jean Oliviéri en  avait parlé souvent de façon élogieuse. J’avais acquis un petit disque dans lequel Jean Vilar disait les poèmes de Nerval. Mon luth constellé porte le soleil noir de la mélancolie…Je commençais à savoir ce poème par cœur tout en ignorant ce qu’était un oxymore. Mon père plaisantait au sujet de ce poème et me disait de temps en temps «  Rends- moi mon Pausilipe ! »

      Durant ces années de lycée passées à Alger, je m’intéressais beaucoup au théâtre et nous avions la chance d’avoir à Alger un acteur et metteur en scène, qui adhérait aux conceptions de théâtre  de Vilar. Il s’agissait d’Henri Cordreaux, qui, grâce à de  modestes subventions, montaient des pièces de façon originale en langue française et aussi en langue arabe avec la collaboration de son collègue Ould Abderhamane Kaki.

      En juillet 60, après un séjour en Espagne, nous nous sommes arrêtés à Avignon en plein festival et nous avons pu enfin assister à une représentation dans la Cour d’Honneur du Palais des Papes. Par chance, nous avons trouvé une chambre à l’hôtel Central, rue de la République, hôtel que je fréquente encore actuellement. Les patrons ont évidemment changé. Nous avons pu avoir des places pour Antigone de Sophocle. Ce fut un spectacle pas pale  dans une cour papale ! Les costumes du peintre Singier s’accordaient très bien avec le mur nu de la Cour d’Honneur. Il n’y avait pratiquement pas de décor. Jean Vilar jouait le rôle du Coryphée, Georges Wilson Créon et le rôle d’Antigone était incarné par Catherine Sellers, qui  se révéla une grande tragédienne. Certaines phrases dites dans cette tragédie m’avaient impressionné : « Je ne suis pas là, pour partager la haine, je suis là pour partager l’amour. » Ou bien : »Il y a dans le monde beaucoup de choses admirables, mais aucune chose n’est aussi admirable que l’homme. » Nous remarquions que Vilar n’avait pas collaboré avec Camus, mais avait su prendre dans sa troupe les acteurs que Camus avait révélés : Gérard Philipe, Maria Casarès, Jean Négroni  et Catherine Sellers.

             Vu les qualités de ce spectacle, je persuadais mes parents de la nécessité de rester le second soir pour la représentation de Mère Courage. Nous avions entendu parler de cette pièce, car l’oncle Henri, qui étant communiste, s'intéressait à Brecht,  nous en avait parlé et nous savions par cœur les chansons de la pièce :

       La Mère Courage pour la piétaille a des godasses qui tiennent aux pieds

C’était extraordinaire de voir arriver sur le plateau la roulotte de la Mère Courage, qu était incarnée par Germaine Montéro.

          

         En 1961, nous avions participé à l’inauguration du Centre Culturel  d’Orléansville (Chlef aujourd’hui)   Ce centre bâti selon les plans des architectes Louis Miquel et Roland Simounet avait vu le jour à la suite du séisme de septembre 1954.. Pour bâtir le théâtre de ce Centre les architectes avaient pris conseil auprès de Camus, qui s’était rendu à Orléansville en compagnie des architectes en janvier 1955. Cordreaux qui présentait les spectacles d’inuguration,  avait demandé aux spectateurs d’Orléansville de s’imaginer dans la Cour du Palais des papes. Au mois de juillet de la même année, nous sommes passés à Avignon pour voir Jean Vilar dans une pièce de Caldéron,   l’Alcade de Zalamea., très belle pièce que Jean Vilar avait choisi de jouer en ces temps difficiles, car il  traitait des questions des relations entre  pouvoir politique  et de jpouvoir judiciaire. On dit que Jean Vilar a bien ri à propos d’une information erronée donnée par un gardien du Palais des Papes : Un visiteur du palais, en voyant l’installation des gradins dans la Cour d’honneur demande : 

«  -  Quelle pièce doit monter Vilar cette année dans la Cour ?

-Il  doit monter l’escalade de l’Himalaya, dit le gardien

- De quel auteur ?

- De plus de huit mille mètres. »

     Nous avions été ensuite à Paris et nous avions continué notre saison théâtrale en allant voir les Chaises de Ionesco dans une mise en scène de Jacques Mauclair. Cette pièce avait été créée  par Tchilla Chelton, qui vient de mourir et Paul Chevallier, acteur qui avait commencé à travailler à Alger au théâtre de l’Équipe,  dans une mise en scène de Sylvain Dhomme, qui avait lui aussi commencé à faire ses premières mises en scène en Algérie. J’ai revu depuis plusieurs fois cette pièce et notamment dans les années 80 avec Pierre Dux.

 

       Après une interruption dans la fréquentation de ce festival, j’ai recommencé à fréquenter la Cité des Papes en 1966 et.depuis et jusqu’à ces dernières années, j’essayais d’aller tous les ans à Avignon. Je suis toujours ému chaque fois que je pénètre dans la Cour d’Honneur. En juillet 66, j’avais pris une chambre dans un hôtel d’une petite rue oblique par rapport à la rue de la République : l’hôtel de la Cigale. Cet hôtel était bon marché du fait de la vétusté des murs et de l’absence de la mise aux normes exigées par la direction du tourisme. J’ai pu voir le TNP, qui était dirigé à l'époque par Georges Wilson  Une pièce d’un auteur allemand Julius Hay, Dieu, empereur et paysan retraçait le début des guerres de religion qui ont secoué la fin du Moyen-âge avec la condamnation de Jan Huss et la défénestration de Prague. Une autre pièce était une adaptation des Troyennes d’Euripide par Sartre dans une mise scène de Cacoyannis. Sartre avait naguère écrit les Mouches, pour fustiger les Allemands en guerre. Ici, il essayait de se servir de la tragédie grecque pour manifester son hostilité à la guerre du Viet Nam. La Cour d’honneur est un cadre idéal pour jouer les tragédies grecques et les soirs de mistral, le vent anime les longues robes  colorées des actrices face au mur du palais. Il y avait des actrices remarquables comme Nathalie Nerval, Françoise Brion ou Judith Magre.

Après deux jours à l’hôtel, je rejoignais un centre d’accueil des CEMEA. Nous logions dans une école près de la place des Carmes : l'école de la rue Persil. Les repas se prenaient dans la cour de l’école et  nous dormions dans les classes transformées en dortoir. Je retrouvais beaucoup de jeunes amateurs de théâtre et nous discutions beaucoup. Le matin, vers dix heures, nous  nous rendions dans la cour du lycée des Ortolans, où un metteur en scène ou un acteur venait s’entretenir avec nous. L’après-midi vers cinq heures avant les spectacles du soir, il y avait des rendez-vous au Verger d’Urbain V, qui en fait était le potager du pape Urbain, pour des entretiens avec les metteurs en scène, des lectures ou des concerts. Les soirs où il n’y avait pas de spectacles, nous organisions nos soirées. C’est ainsi que nous avons fait une promenade nocturne à Oppède pour dire des poésies dans la nature. Nous nous sommes rassemblés dans les ruines d’un château et à la lueur des bougies : une comédienne dit un poème de Claudel sur Verlaine et un poème de Paul Fort : La corde :

Pourquoi renouer l’amourette, c’est-y bien la peine d’aimer, la corde s’est cassé, Fillette, et c’est toi qui a trop tiré.

Je dis un poème de Desnos : Au temps des donjons, un poème de Char et un autre de Sénac. Puis, alors que les bougies étaient éteintes et au milieu du silence de la nuit, une voix de jeune fille retentit et l’on entendit :

Dis ! Quand reviendras –tu ?

Depuis je ne peux entendre cette chanson de Barbara sans penser à cette nuit, et notre petite camarade la chantait avec justesse et simplicité

Au Verger, un acteur du TNP, Pascal Mazzotti,  nous fit une lecture de textes d’un écrivain toujours vivant à l’époque, mais oublié : André de Richaud. Cet écrivain, originaire du Vaucluse avait été repéré par Jean Grenier et Camus pour son livre : la  Douleur, relatant les amours d’une femme française avec un Allemand pendant la guerre 14. Cet écrivain, victime de l’alcoolisme, s’était retiré prématurément dans une maison de personnes âgées de Vallauris. 

       Mes parents étaient venus me rejoindre à Avignon après un séjour assez terne dans les Alpes Maritimes. J’ai quitté l’école Persil pour l’hôtel Central, hôtel où mes parents avaient l’habitude de descendre. Au Verger, nous avons pu entendre Gérard Guillaumat, acteur de la troupe de Planchon, nous dire des contes de Maupassant, notamment celui où un vieux normand grabataire couve les œufs placés sous ses aisselles. Planchon présentait deux spectacles, non pas dans la Cour d’honneur mais devant le Petit Palais du Vice-légat. Ce lieu était très beau, mais l’acoustique était défectueuse. De plus, on entendait les voitures circulant sur le pont voisin.

     Le premier spectacle était Georges Dandin. Je l’avais déjà vu à Alger. Jean Bouise, ce sympathique acteur que l’on voyait souvent au cinéma jouait le rôle de Georges Dandin. Le décor de Allio s’inspirait des tableaux de Le Nain figurant la vie paysanne. Le second spectacle était Richard III, dans une mise en scène de Planchon.  Lorsque j’ai  habité Lyon, j’ai fréquenté le théâtre de Villeurbanne dirigé par Planchon, qui hérita de la dénomination TNP  et j’ai beaucoup regretté que les spectacles montés par Planchon, depuis les années 70 ne fussent  pas de la qualité de ses premiers spectacles.

       Les ballets de Béjart devaient faire leur entrée dans la Cour d’Honneur. Vilar voulait ouvrir le festival à d’autres disciplines que le théâtre parlé. J’avais eu l’occasion de voir Béjart à ses débuts en 1957. Je n’ai pu assister  à  ses  premiers spectacles avignonnais cette année, ce n’est que plus tard que j’ai pu le voir dans une cour d’honneur rénovée.

 

        L’été 1967, j’avais commencé  ma saison théâtrale  à Pais en allant voir la Cuisine d’Arnold Wesker Le spectacle avait lieu au Cirque Médrano et ce lieu devant  être détruit peu après. C’était le premier spectacle de la troupe d’Ariane Mnouchkine qui avait du succès. Nous avions été enthousiasmé par ce spectacle. 

       Claude Acquart, le fils du décorateur André Acquart, vieil ami de mon père,   se lançait dans les décors et après avoir aidé son père pour les Paravents  de Jean Genet ;Il faisait lui-même pour le Festival du Marais les décors d’un Antigone de Brecht mise en scène par Jean Tasso. Le spectacle devait avoir lieu dans la cour de l’hôtel Lamoignon. Antigone était jouée par Françoise Brion, cette belle actrice, que je regrette ne plus voir depuis longtemps. Claude Acquart m’avait donné rendez-vous près des coulisses en me précisant que ne disposant plus de cartons d’invitations, il me ferait entrer par les coulisses. Je suis donc rentré dans le territoire des artistes et j’ai observé dans des baraquements de fortune, les acteurs se maquillant devant des glaces. Il ne fallait surtout pas déranger les acteurs qui avaient besoin d’être concentré. Dès que Françoise Brion est sortie des coulisses pour entrer en scène, je l’ai suivie et je suis vite descendu de la scène pour m’asseoir sur le premier fauteuil libre au premier rang.

 

        Je devais rejoindre la Provence vers le 10 juillet et je me suis arrêté à Avignon avant le festival pour préparer mon séjour fin juillet.  Je passais une nuit à Avignon. Il y avait dans la cour de l’hôtel de Roure  une conférence de Francis Ponge sur les nouvelles tendances de la poésie française : Mutation  en poésie. Ponge nous dit qu’autrefois la poésie était l’art de pleurer dans un mouchoir et d’étaler le mouchoir maculé de larmes. Il nous dit s’éloigner d’une certaine poésie lyrique et sentimentale. Il se reconnaissait dans le groupe de la revue Tel Quel avec Philippe Sollers, Denis Roche, Marcellin Pleynet, Jean-Pierre Faye. Il s’agissait d’une poésie destinée plus à être lu qu’à être dite où le lecteur fait un travail aussi important que l’auteur. Il se moqua de l’Académie Française qui avait donné son prix de poésie à Brassens : «  Ce grand poète avec des moustaches. » disait-il ironiquement. Je lui ai posé une question : la poésie serait-elle un plaisir solitaire ? Il me répondit que ce n’était naturellement pas un plaisir solitaire, car on ne faisait des enfants que si on était deux.

 

         Après un séjour sur la côte, je retournais à Avignon fin juillet. J’avais prévu un séjour de deux semaines. Je devais séjourner au Centre de séjour toujours dans l’école de la rue Persil, près de la place des Carmes. Les journées étaient bien remplies : le matin à dix heures  trente, nous avions un entretien avec un metteur en scène ou un régisseur, à treize heures déjeuner, l’après-midi après un bref repos : une promenade dans Avignon, puis à dix-huit heures rendez-vous au Verger pour un dialogue ou un concert. Cette année, une large place était donnée à la musique du vingtième siècle.

        Le festival se faisait dans deux lieux : la Cour d’honneur et  le cloître de l’église des Carmes. Cette église fait partie des innombrables vestiges d’églises gothiques d’Avignon intra-muros. Tous ces monuments donnent à la ville papale une allure italienne. Avignon et Aix ont un caractère italien, comme Arles a plutôt un caractère espagnol D’autres lieux scéniques se  sont ouvert par la suite : l’Église des Célestins, le Cloître des Célestins, la chapelle des Pénitents blancs, la chapelle des Cordeliers…

       La Courd’honneur avait été réaménagée. Vilar avait accepté la proposition de Béjart d’allonger  la pente des gradins de façon à augmenter le nombre des sièges. Les sièges étaient en forme de coquille et plus confortables. L’allongement de la pente a eu un effet désastreux sur l’acoustique et cela est regrettable. Depuis, les architectes qui ont modifié l’agencement des gradins n’ont pas encore réussi à retrouver l’acoustique des premiers festivals.

      Je suis toujours impressionné quand j’entends les trompettes de Maurice Jarre, annonçant les débuts des représentations et que je pénètre dans cette cour. Je suis aussi en admiration devant l’architecture du Palais des papes et je ne passe pas dans la rue étroite creusée dans le rocher où les tours sont très hautes sans toujours ressentir une vive émotion. 

Avignon-66347.jpg

 

          Le premier spectacle que j’ai vu a été une pièce écrite et mise en scène par Planchon : Bleu, blanc, rouge ou les Libertins…pièce dont l’action se situe pendant la Révolution, à Grenoble. Les décors étaient de Acquart qui faisait ses premiers décors dans la Cour d’honneur. Il y avait d’excellents acteurs comme Jean-Pierre Cassel ou Claude Brasseur. Si la pièce était intéressante, car elle montrait un aspect peu connu de la Révolution vue de province, elle soufrait d’une trop grande dispersion. La pièce était aussi longue et un peu ennuyeuse. Au cours d’un débat avec Planchon aux Ortolans, je lui posais la question s’il fallait regarder la pièce dans une optique classique ou dans une optique brechtienne en prenant en compte la distanciation. Cette question ne plut pas beaucoup à Planchon et il la jugea un peu à la mode. Il n’empêche que cette question fut retenue par le journaliste qui fit le compte-rendu de l’entretien dans le Provençal.

             Au Cloître des Carmes, Bourseillier montait une pièce de Billetdoux : Silence, l’arbre remue encore... avec Serge Régianni, toujours extraordinaire et Chantal Darget, la femme de Bourseillier qui était une très grande actrice aujourd’hui disparue. Elle jouait aussi dans une pièce de Leroi Jones, auteur noir américain : le Métro fantôme. Une scène de cette pièce est jouée par la même Chantal Darget dans un film de Godard. ; Masculin Féminin. Il y avait aussi une pièce de Phillipe Adrien intitulée la Baye.

          À côté du Cloître des Carmes, il y avait le théâtre des Carmes. Ce théâtre était dirigé par un avignonnais : André Benedetto, homme de théâtre proche du PC, qui louait pour jouer une salle paroissiale au curé de l’église des Carmes. Benedetto fut le premier à monter des spectacles pendant le festival, sans en faire partie et il a inauguré le festival off. Jusqu’à présent, Vilar ne tolérait pas d’autres spectacles que ceux produits par le festival. Il toléra Benedetto qui avait une troupe permanente à Avignon. Cette année Benedetto avait monté  Oh les beaux jours de Beckett et recevait une troupe cubaine qui montait la Noche de los asasinos (la Nuit des assassins) de Jose Triana.

        La Courd’honneur devait recevoir pour la deuxième fois les Ballets du XXe siècle de Béjart. Je n’avais pas encore vu des spectacles de ces Ballets, n’ayant vu Béjart que dans sa première troupe parisienne des ballets de l’Étoile. (C'était en 1957, à Alger. Béjart avait dansé un solo sur une musique de Pierre Henry : Symphonie pour un homme seul. )Le premier spectacle que je vis fut un magnifique Roméo et Juliette, dans un style plutôt classique.

         La grande nuit de ce festival et ce fut une nuit historique fut la première de Messe pour le temps présent de Béjart suivie de la première de la Chinoise de Godard. C’était un soir exceptionnel, il faisait très chaud, nous n’avions pas besoin de couverture.

         La messe de Béjart commençait vers vingt heures au coucher du soleil. Les danseurs étaient en blue jean et pieds nus e cela t rappelait les jeunes du film West Side Story. Il commençait d’abord à danser sur des textes du Cantique des cantiques ou de Niietsche, dits par la jeune Marie-Christine Barrault., Puis ce fut le jerk de Pierre Henry qui devint presque le tube de l’été et que l’on entend toujours à la radio, lorsque l’on évoque les années 60. Le spectacle devait se clore par une station immobile des danseurs ne saluant pas les spectateurs et qui devraient en principe ne quitter le plateau que lorsque tous les spectateurs  fussent partis. En raison de la séance de cinéma suivant le ballet, ils durent quitter la scène, mais il eut par la suite des spectacles où  les danseurs restèrent une heure face aux spectateurs impassibles.

         La projection de la Chinoise (1) devait suivre le ballet. Le film était attendu. Il était d’une grande actualité en raison d’une part de la révolution culturelle chinoise, d’autre part de l’engagement de certains communistes qui, déçus par un  PCF inféodé à Moscou, s’enthousiasmaient pour la philosophie maoïste. Ce film eut aussi  une vision prophétique, car il commençait dans le campus universitaire de Nanterre et préfigurait les évènements de mai 68. Godard,   dans ce film, était  ambivalent : il semblait sympathiser avec les étudiants maoïstes, en même temps qu’il en soulignait le caractère peu réaliste et utopique. Il y avait un dialogue entre l’étudiante prochinoise et Francis Jeanson, qui, au vu de ses engagements en faveur de la révolution algérienne, émet des réserves sur les chances d’une révolution en France. Une réflexion comparant les camps d’extermination aux villages vacances du Club Méditerranée m’a paru d’un goût douteux.

       Dans ce film, il y avait Juliet Berto, belle actrice aujourd’hui disparue, Semeniako, photographe grenoblois, toujours coiffé d’une casquette, dans le film comme à la ville et que j’ai souvent croisé par la suite dans les rues de Grenoble et Anne Wiazemski, que nous avions vu dans au Hasard Balthazar de Bresson et dont j'avais gardé d’elle le souvenir d’une fille prenant sa douche aussi belle qu’une baigneuse de Renoir.  Dans les rues d’Avignon, au sortir de la première de la Chinoise, on apercevait Godard avec ses éternelles lunettes noires qui étaient une stratégie pour regarder sans importuner les personnes dévisagées., accompagné de Truffaut, et  d’Anne Wiazemski ressemblant à une petite fille, coiffée de sa casquette Mao.

      Un soir, je rencontrais un ami amateur de théâtre qui ressortait furieux de la Messe pour le temps présent, prétendant que Béjart avait plagié sans complexe le Living Théâtre. Je ne connaissais pas le Living, mais rétrospectivement, je me suis rendu compte que Béjart avait fait des emprunts au Living, comme il avait l’habitude de faire des emprunts à d’autres artistes.

         Après un spectacle, je devais aller prendre un pot avec une fille nommée Claudine  R.. Cette fille préparait un certificat d’études théâtrales et suivait l’enseignement de Bernard Dort. Elle appréciait mes jugements sur les pièces et c’était réciproque. La discussion se prolongeait et nous ne pouvions plus rentrer au Centre de Séjour car il fermait ses portes vers une heure du matin, de plus nous avions l’intention de passer la nuit ensemble. Nous avons été dans l’île de la Barthelasse, prés du camping et nous avons passé la nuit à la belle étoile. Elle aurait voulu dormir toute nue dans la nature. C’était difficile, car le fond de l’air était frais. Nous nous sommes enlacés pour nous réchauffer. Nous avons essayé de dormir ou plutôt de nous assoupir. Le matin, nous avons pris un bon café et nous avons été tout de suite à la piscine pour nous réveiller.

           La musique faisait son entrée au Verger. J’ai essayé de me familiariser à la musique contemporaine. Ce n’était pour moi, qu’une approche, car n’étant pas moi-même musicien, je ne peux pas être très initié. J’ai apprécié le concert donné par les Percussions de Strasbourg où il y eut un texte d’Henri Michaux, dit par un comédien rythmé par des percussions : « Epervier de ta faiblesse ! Domine ! » Il y eut aussi au verger des conférences : une conférence sur l’éducation populaire avec Joffre Dumazedier et le jeune Michel Rocard, qui venait d’être élu secrétaire du PSU. Il y eut aussi une lecture de poésie grecque contemporaine pour manifester notre solidarité avec les poètes et musiciens comme Yannis Ritsos ou Mikis Theodorakis emprisonnés, en Grèce par la dictature des colonels. Le choix de poèmes avait été fait par Jacques Lacarrière. Jean Vilar participait à cet hommage. Un autre spectacle conçu par Hélène Martin, était un montage poétique de textes de René Char, pour protester contre l’implantation de missiles à tête nucléaire sur le plateau d’Albion. Outre le texte de René Char sur le sujet, les comédiens lurent des textes des Feuillets d’Hypnos et de chansons d’Aragon ou d’Éluard chantées par Hélène Martin et Francesca Solleville. Il est permis de s’étonner que René Char, très sévère sur Aragon, ait accepté que des chansons d’Aragon soient chantées à côté de ses poèmes. Cela reste une énigme. Char, qui ne supportait pas Mitterrand, l’a tout de même reçu lorsque ce dernier lui rendit visite à l’Isle sur Sorgue.

         Le matin, vers 10h 30, nous avions rendez-vous à l’école des Ortolans pour un dialogue avec des metteurs en scène ou des acteurs. C’est ainsi que nous avons pu parler avec Planchon, Godard, Paul Puaux, le conseiller municipal avignonnais responsable du festival, Sonia Debeauvais, l’administratrice du festival et bien d’autres. Vilar est aussi venu, très heureux de voir l’évolution du festival qui devait rester un festival de théâtre mais devant s’ouvrir à d’autres formes d’art, rappelant  que le festival était né à partir de représentations théâtrales donnée dans une Cour d’honneur sans gradins à l’occasion d’une exposition d’art moderne organisée par Christian Zervos et René Char.

         Le séjour à Avignon devait s’agrémenter d’une visite guidée de la ville d’Avignon sous la conduite d’un professeur d’histoire avignonnais : Monsieur Fustier. Fustier est un nom provençal signifiant charpentier comme Fournier boulanger.

          Monsieur Fustier nous fit parcourir Avignon de long en large et nous fit rentrer dans les cours d’hôtel particulier pavé de calades et où les halls d’entrée sont ornés de décorations murales du peintre Pillement, ancêtre de Georges Pillement, écrivain prolifique qui traduisit l’Alcade de Zalamea de Calderon. Les riches  familles avignonnaises de ces hôtels particuliers organisaient quelquefois des réceptions pendant le festival et demandaient à des acteurs du TNP de faire des lectures.

          Le Rhône ne traverse pas Avignon, il vient le saluer et lorsqu’on le traverse, on quitte le département du Vaucluse pour le Gard.  Le fleuve était d’ailleurs difficile à traverser, car le Vieux Pont Saint Bénezet est toujours coupé. On quittait autrefois le Comtat Vénaissin Le département de Vaucluse est calqué sur ce comtat y compris au niveau de Valréas, enclave du Vaucluse dans le département de la Drôme, que l’on appelle l’enclave du pape. Monsieur Fustier nous fit part de sa colère face à l’imbécillité de certains enseignants qui commençait à faire étudier aux enfants d’Avignon, la Seine avant d’étudier le Rhône. C’est ce que nos instituteurs ont fait en Algérie en nous faisant étudier les Alpes, avant d'étudier les massifs de Kabylie. Le Comtat Vénaissin était jusqu’à la Révolution, la propriété du Pape et était géré par le légat du pape. Les rois souvent envoyaient leurs troupes pour annexer le Comtat, les Avignonnais ou plutôt  les Contadins criaient alors Vive le roi et lorsque les autorités pontificales récupéraient leurs biens, ils criaient : Vive le légat.

       Nous nous sommes promenés dans ces vieux quartiers bas qui ont été fréquemment inondés et nous avons fini notre visite par le jardin des Doms derrière le Palais et dominant la ville. Nous avons aperçu la prison et nous sommes rendus compte que les prisonniers devaient en été entendre les bruits des représentations et devaient souffrir de ne pas avoir la possibilité d’aller au théâtre. Je me suis souvent promené dans ce jardin avec mes parents et nous avons un jour été bouleversé devant cette vue sur la prison ; des prisonniers faisaient du haut de leurs lucarnes des signes à leurs familles venus les apercevoir depuis le belvédère du jardin des Doms. Michel Tournier2 a déjà parlé de ces personnes essayant de faire des signes à leurs amis prisonniers dans la prison d’Avignon : la prison étant la scène d’un théâtre, les prisonniers étaient les acteurs  et leurs amis le public

        Monsieur Fustier nous confia qu’il ignorait encore où était la tour, où la mule du Pape était montée. Alphonse Daudet devait probablement l’ignorer autant que lui.

         Nous avons fini la visite en allant boire un verre dans ce bar situé en face du palais des papes où la mauvaise qualité des produits offerts et l’absence d’amabilité de son personnel étaient légendaires.

        Ce fut le plus long séjour que je fis à Avignon. J’y suis souvent retourné et j’y suis passé très régulièrement lorsque mes parents ont habité Aix. Nous allions souvent déjeuner dans cette pizzeria de la rue Joseph Vernet appelée l’Oullo, que mon père avait découvert en 1960 et qui après avoir été, l’un des rendez-vous des acteurs se mêlant aux spectateurs a dû fermer car  elle fut frappée d’alignement.

 

                                                           Jean-Pierre Bénisti

 

1.      Anne WIAZEMSKY. Une année studieuse, Paris, éditions Gallimard, 2012

2.      MIchel TOURNIER : Des clés et des serrures. Paris, Éditions du Chêne

 

 

Avignon29.jpg

 

 

Photos JPB, 1967.

 

 

 

.

Repost 0
Published by www.aurelia.myrtho.com
commenter cet article
5 juillet 2017 3 05 /07 /juillet /2017 19:54

              En juin 1962, je me trouvais à Paris. J’avais dû quitter Alger en septembre 1961 et une tante m’avait hébergé. Le 25 juin, je devais passer  le bac au lycée Honoré de Balzac à Clichy. Je n’ai pas été satisfait de mon examen, mais après une telle impréparation, je ne pouvais qu’attendre un miracle. J’étais si peu satisfait que je n’aie pas eu le courage de préparer un oral  hypothétique.

            À la fin de la semaine, alors que les habitants de l’Algérie s’apprêtaient à voter au referendum d’autodétermination, je reçus un appel d’un ami qui m’invitait à venir passer un week-end à Trouville, dans une maison appartenant à sa famille. J’ai été ravi de pouvoir me promener en Normandie. Cette région dont les maîtres d’école d’Algérie nous avaient vanter le charme en nous faisant apprendre par cœur  une chanson en l’honneur d’un pays qui ne nous avait pas donné le jour.  J’ai pu apprécier ces coins de Normandie que beaucoup de peintres avaient p représenté,notamment Boudin ou Marquet... Nous avons été à Honfleur et à Deauville. Je n’étais pas encore familiarisé au flux et au reflux, étant avant tout méditerranéens.

            Alors que la France organisait le rapatriement des pieds-noirs qui affluaient dans les ports et les aéroports, l’Algérie votait et déjà des dissensions apparaissaient au sein de la  direction du FLN.  Mohamed Khidder démissionnait du GPRA et devait être suivi de Ben Bella. On apprenait qu’ils partaient à la frontière algéro-marocaine rejoindre l’armée algérienne des frontières dirigée par le Colonel  Boumediene., qui s’opposait à l’armée des maquis des différentes wilayas. Le  "bordel" commençait et cette situation chaotique était naturellement exploitée par les nostalgiques du temps de la colonisation. .

Après ce séjour en Normandie, je rentrais à Paris et je trouvais des cousins qui revenaient d’Alger dans une immense tristesse apprenant que l’Algérie passait le cap de l’indépendance. Cette tristesse contrastait avec mon enthousiasme. Je venais de me procurer le numéro spécial de l’Espoir Algérie, journal des libéraux d’Algérie, qui reparut pour saluer l'Algérie indépendante et encourager les libéraux à  travailler dans la nouvelle Algérie. Ce numéro de l’Espoir devait être le dernier. Il y avait en première page une citation d’Emmanuel Robles :

-         Quelle peut bien être ta patrie ?

-         Là, où tu veux vivre sans subir l’humiliation.

 

Je passais au quartier latin et je rencontrais Pierre Salama, qui arrivait d’Alger et me dit qu’il voudrait  voir mes parents en compagnie de sa sœur Myriam et  son beau-frère : Maître Yves Dechézelles. Au bar le Soufflot, qui était paraît-il un café de gauche, je rencontrais l’acteur Boudjemaa Bouhada, qui me présenta son ami le peintre Denis Martinez. Ce dernier parcoura la revue Partisan, que je venais d’acheter chez Maspéro et apprécia un poème de Nordine Tidafi intitulé Paix. Il  y avait aussi dans cette revue  un poème trouvé chez un soldat de l’ALN tué au maquis. Je m’aperçus que j’avais déjà lu ce poème et qu’il était de Malek Haddad.

Et la colombe, la paix revenue dira :

Qu’on me fiche la paix,

Je redeviens oiseau

Je me suis précipitais à la Joie de lire pour signaler l'erreur à Marie-Thérèse Maugis, l’épouse de Maspéro à l’époque qui me dit que l’erreur avait été signalée et qu’il était émouvant d’apprendre que des maquisards algériens aimaient la poésie.

 

         Le 5 juillet, Mouloud Belkebir, militant trotskyste et vraisemblablement membre de la fédération de France du FLN m’avait invité à venir fêter l’Indépendance  autour d’un couscous, il m’avait  donné rendez-vous au métro Bonne Nouvelle. J’hésitais à aller fêter cet événement,   vis-à-vis de ma famille qui si elle devait apprendre que je partage le couscous avec les indépendantistes,  en aurait été  blessée. Malgré tout, je décidais de me rendre  au lieu de rendez-vous, mais j’y arrivais trop tard et ne je ne pouvais rencontrer mes camarades. C’était sans doute un acte manqué. J’allais donc au quartier latin et je faisais le tour des restaurants algériens de la rue de la Huchette. Ils avaient tous pavoisé avec des drapeaux verts et blancs et l’on entendait des chants patriotiques algériens dont Min Djibellina, ce fameux chant qui commence par l’air de Sambre et Meuse. Un Algérien m’offrit le numéro spécial de l’Ouvrier algérien,   journal de l’UGTA, qui avait revêtu les couleurs du drapeau algérien. Je rentrais à midi au 64 où je retrouvais mes cousins, qui manifestaient leur tristesse. L’après-midi, je fis le tour des boulevards extérieurs et j’ai pu apprécier l’ambiance festive créée par les Algériens, boulevard de la Chapelle, Boulevard de la Villette, Belleville et Ménilmontant.

          Bien plus tard, Jean Pélégri me racontant cette fameuse journée du 5 juillet 1962 me dit  que ce jour-là, il était à la fois heureux de voir la fin de la guerre et les Algériens retrouvant leurs dignités, mais aussi triste de voir ses compatriotes français devant quitter l’Algérie ou y rester mais  dans un pays  devenu étranger. Il me dit avoir eu la visite de deux amis algériens : Mourad Bourboune  et Abdallah Benanteur qui lui dirent : « Jean, nous savons qu’aujourd’hui, c’est pour toi un jour difficile et nous ne voulions pas te laisser seul ce jour. »  Les trois amis firent un tour le soir sur les quais de Seine qui en ce temps du mois de juillet étaient très animés. Vers dix heure du soir, ils entendirent une voix crier : « Mourad ! Mourad ! » Mourad Bourboune se retourna et vit un de ses anciens camarades pied-noir qui venait de quitter l’Algérie. « Tu te souviens Mourad  du professeur de latin qui nous faisait apprendre des tirades de l’Enéïde ! » Et voilà que le jour de l’Indépendance de l’Algérie un Algérien et un Français se mettent à déclamer des vers de Virgile :

Arma virumque cano, trojae qui primus ab oris, italiam fato profugus Laviniaque venit..

Voir algériens et français se retrouver le jour de l’indépendance de l ‘Algérie sur les bords de la Seine pour réciter l’Enéide paraît surréaliste... Nous comprenons aisément  que le colonialisme n ‘a pas été entièrement négatif.

Le soir de ce 5 juillet, j’ai écouté les informations à la radio, pour savoir comment les manifestations s’étaient déroulées en Algérie. Les algérois ont manifesté leurs joies avec beaucoup de dignité. À Oran, par contre, il y eut des morts. On aurait tiré sur des manifestants,   et  des Européens furent massacrés. Ces troubles à Oran sont encore aujourd’hui  encore inexpliqués.

J’ai rejoint mes parents en Algérie, seulement en septembre 62 le jour où le peuple d’Alger manifestait aux cris de « Sebbaa snin Baraket ! » (Sept ans, c’est assez !).

 

                                                           Jean-Pierre Bénisti

 

Ali-pici-2.jpg

 

Repost 0
Published by www.aurelia.myrtho.com
commenter cet article
2 mai 2017 2 02 /05 /mai /2017 08:34

Marianne plutôt que Marine !

en ce 1er mai d'entre deux tours et de tous les dangers, partageons ces mots de Max-Pol, un jour qui en 1913, le vit naître, place de la République à Saint-Vaast-la Hougue...

Extrait de l’éditorial " Une seule patrie" n°25 de la revue Fontaine (décembre 1942)

".....demeurons fidèles à notre patrie idéelle, la France des Droits de l’Homme. C’est pour ce dernier, d’ailleurs, que nous nous battons, pour une certaine conception de l’homme [...] Notre tâche est la défense et l’illustration d’un ordre où l’homme, délivré des servitudes de l’Etat totalitaire, retrouve sa personne, pourra s’épanouir, vertigineux comme la rose des vents, dans la Liberté."

Marianne
Repost 0
Published by www.aurelia.myrtho.com
commenter cet article
17 avril 2017 1 17 /04 /avril /2017 16:54

IX 

Nous avions un nouveau président. C’était la première fois que mon président était plus jeune que moi. Je ne le reconnaissais difficilement comme président. Il demeurait pour moi le dirigeant du parti qu’il avait conquis. Au cours de voyages en dehors de France, je m’apercevais qu’il était pas encore pris au sérieux.

Il n’avait pas encore compris la fonction présidentielle, qui nécessite une certaine réserve . Il se permettait de parler à ses concitoyens avec une trop grande familiarité. Il n’avait pas encore compris qu’il était toujours en représentation.
Sa première erreur fut de boire un verre au Fouquet’s et un voyage sur le yacht d’un milliardaire.

Après avoir siphonné des voix du FN puis avoir essayé de séduire la gauche en débauchant quelques anciens ministres de gauche, il accumulait les maladresses et beaucoup de ses anciens électeurs déchantaient.

Son conseiller Henri Gaino était vulgairement parlant, le « nègre » de ses discours. Si le discours de Constantine a été très apprécié, celui de Dakar a été très mal reçu. Gaino s’était, disait-il inspiré des idées de Césaire et de Senghor sur la négritude, mais ce que l’on reçoit facilement en lisant un livre n’est pas forcément bien reçu dans un discours politique.

Après avoir essayé de séduire les français de la diversité en nommant des ministres d’origine nord africaine, et en parlant de discrimination positive, il créait le ministère de l’identité nationale et de l’émigration. L’association des deux se révélait porteur d’une idéologie proche du lepénisme.

Sarkozy a souvent fait des discours sécuritaires, notamment à Grenoble

Le projet de panthéonisation de Camus a été mal reçu car il aurait pu prendre l’avis de la famille avant de faire l’annonce. On ne peut cependant pas lui reprocher de récupérer. Tout acte politique est une récupération. Pour ma part, si je n’étais pas d’accord sur ce transfert, c’était uniquement parce que je ne souhaitais pas qu’’il quitta le cimetière de Lourmarin. Il eut donc été possible de le panthéoniser sans transférer sa sépulture, comme cela a été fait pour Césaire.

On assiste aussi à l’intrusion de la vie privée au sommet de l’état. Sarkosy divorce de l’espagnole Cecilia pour épouser l’italienne Carla. Carla avait eu un enfant avec le philosophe Raphaël Einthoven. On se souvenait que la femme de Jospin avait eu un enfant avec un autre philosophe Jacques Derrida. Ségolène Royal annonça qu’elle s’était séparée de François Hollande son compagnon, ce qui laissait à penser qu’elle s’était présentée à la présidentielle pour des raisons personnelles. Camus a raison : ceux qui s’investissent dans la vie publique sont souvent les ratés de la vie privée.

Le parti socialiste, parti qui s’enrichissait d’être un laboratoire d’idées et que François Hollande avait bien géré en synthétisant les différents courants, devenaient le théâtre de personnes prêtes à s’étriper pour prendre le pouvoir. Pas de synthèses entre Ségolène Royal et Martine Aubry. Martine gagnera son poste de première secrétaire au prix de manœuvres pas nettes et le Congrès de Reins, qui était pour les militants aussi catastrophiques que celui de Rennes de 1989, fut appelé le congrès des deux reines.

Pendant ce temps aux USA, on préparait d’autres présidentielles et Obama l’emportera. L’Amérique avait enfin un président d’origine africaine.

Le quinquennat a changé la vie politique française : l’assemblée nationale est devenue une chambre d’enregistrement et ne conteste pas la politique du gouvernement. Le président est tout puissant et dès le début du quinquennat, on entre dans une nouvelle campagne présidentielle. C’est une campagne permanente ;

Sarkozy avait tenté de supprimer le socialiste qui pouvait être son rival : Dominique Strauss-Kahn, alias DSK est devenu président du Fonds Monétaire International (FMI) Malgré son poste, on pressentait qu’il serait candidat aux prochaines présidentielles et c’est ainsi qu’arrivé près du but, il ombra dans une sordide affaire de sexe, il avait commis une fatale faute d’orthographe : il avait confondu élection et érection. La provocation de cette servante africaine qui s’était introduite dans sa chambre d’hôtel était évidente. Il n’empêche que beaucoup de personnes prirent le parti de la servante en pensant qu’’une femme africaine, musulmane et pauvre était meilleure qu’un européen, juif et riche. Il n’empêche le mal était fait et l’image de ce monsieur cédant aux charmes d’une soubrette, lui a été fatale. On ne pouvait avoir confiance à un homme qui perd le contrôle de ses pulsions.

Les socialistes eurent l’idée d’organiser des primaires avant les élections, du même type que lors des élections américaines. Cette préparation des primaires polarisait l’attention sur les socialistes au dépens des autres forces politiques : plusieurs candidats aux primaires François Hollande, Martine Aubry, Arnaud de Montebourg, Jean-Michel Baylet, Ségolène Royal, Manuel Valls. C’est François Hollande qui l’a emporté au final.

François Hollande lança sa campagne au Bourget et son discours eut du succès.

Le 1er mars, je voulais me rendre au meeting de François Hollande au Palais des Sports de Lyon. J’avais une consultation l’après-midi et je n’ai pu arriver à temps pour pouvoir rentrer et j’ai donc écouté le discours à l’extérieur. Vu l’affluence de cette réunion qui était semblable à l’affluence du meeting de Mitterrand en 81, où j’étais sorti plutôt optimiste, et qui était nettement plus importante que l’affluence des meetings de Jospin en 1995 ou de Ségolène en 2007, j’en ai déduit que Hollande avait de fortes chances de l’emporter. Le discours de Hollande était intéressant et l’on pouvait donc voter pour Hollande et non plus voter contre Sarkozy.

Un lundi matin, la France s’est trouvé endeuillée par une fusillade à Toulouse devant une école juive faisant suite à l’assassinat de soldats à Montauban. Ce crime bouleversa l’ensemble de la nation et l’on doit regretter que l’assassin n’ait pas été capturé vif, car nous avons besoin de savoir ce qui se passe dans la tête d’un homme pour commettre un tel acte. D’autres évènements suivirent : des personnalités historiques disparaissaient : le même jour Raymond Aubrac et Ahmed Ben Bella partaient. En un seul jour deux, pans entiers de notre histoire s’écroulaient

Le premier tour des présidentielles eut lieu fin avril et laissait entrevoir le succès de Hollande pour le second tour. Entre les deux tours, j’avais presque pitié pour Sarko qui sous l’influence de Patrick Buisson essayait de rafler des voix au Front national et qui n’arrivait même pas à mettre en évidence des aspects positifs de sa politique comme la gestion de la crise. Comme les rats quittent les navires en difficultés, beaucoup de ses partisans l’abandonnaient.

François Hollande l’emporta sans difficultés, Cependant, son élection était loin d’entraîner la joie que l’élection de François Mittérand avait provoquée le 10 mai 1981.

 

                                                                                       Jean-Pierre Bénisti.

Mais où sont les présidentielles d'antan ?  4 ème partie
Repost 0
Published by www.aurelia.myrtho.com
commenter cet article
17 avril 2017 1 17 /04 /avril /2017 16:29

 

 

VIII

 

 

Chirac avait mené à bien son deuxième mandat. Il avait été élu au second tour par défaut avec un score à la soviétique et de ce fait, il devenait un président faible sans grande marge de manœuvre, laissant l’autorité au Premier ministre issu de la majorité parlementaire. Les élections présidentielles de 2002 avaient été un piège à cons, mais les cons qui avaient été pris au piège n’étaient pas ceux que l’on croyait. En dehors du Musée des arts premiers du Quai Branly, il est difficile de voir actuellement les réalisations du Président Chirac. Il a tout de même su résister à l’Amérique et il s’opposa à cette absurde guerre d’Irak. Il avait aussi lors du premier septennat fait un excellent discours sur la responsabilité de l'Etat Français dans la déportation des juifs, il a renouvelé ce geste en allant au Chambon sur Lignon, ce village huguenot qui eut un comportement héroïque pendant la guerre et dont les électeurs favorables au Front national se comptaient sur les doigts d’une main lors des élections de 2002 Le président étant peu actif, le bouillant ministre de l’Intérieur qui ‘était un certain Nicolas Sarkozy pouvait s’en donner à cœur joie et préparer déjà sa candidature à la présidence. Chirac ne semblait avoir beaucoup d’affection pour ce monsieur qui avait soutenu Balladur, mais vu l’état de son parti, il était obligé de travailler avec lui. Le RPR, parti gaulliste et chiraquien avait fusionné avec la plus grande partie des centristes de l’UDF Républicains indépendants d’Alain Madelin et Démocrates sociaux de Méhaignerie et Jacques Barrot. L’UMP (Union pour une majorité présidentielle devenue l’union pour un mouvement populaire) était née. Philippe Séguin, un des leader important et respecté du RPR avait pris ses distances avec la politique et était devenu Président de la Cour des comptes. Juppé avait dû faire les frais des affaires anciennes de la Mairie de Paris et avait été déclaré temporairement inéligible. Cela privait Juppé de ses mandats électifs et cela privait aussi les citoyens français du talent d’un homme politique. L’indépendance du pouvoir judiciaire par rapport au pouvoir politique a ses limites. Villepin, homme compétent et cultivé, n’était pas suffisamment rodé pour être présidentiable. Sarkozy était heureux comme un poisson dans l’eau et n’avait pas de concurrent. Il pouvait prétendre à la succession de Chirac. Chirac a tenté de modérer ses ambitions, mais n’a pas réussi avec Sarkozy, ce que Mitterrand avait réussi avec Rocard. Sarkozy, brillant avocat savait gommer son échec en matière de politique de sécurité en faisant de grands discours sur une politique plus répressive que préventive. Il avait dû faire face à une rébellion dans les banlieues des grandes villes, mouvement de contestation très grave, qui n’avait aucun support idéologique et qui s’est calmé de lui-même sans avoir été tout à fait éteint.

Chirac avait essuyé un autre échec avec un non au référendum sur la Constitution européenne

 

La gauche, vexée de ne pas avoir pu être présente aux présidentielles de 2002, souffrait de ne pas avoir un leadership, comme elle en avait à l’époque de Mitterrand. Elle s’était refaite une santé en réussissant à gagner la presque totalité des présidences de région et une grande partie des présidences des conseils généraux. Ségolène Royal avait réussi à déboulonner le président de la région Poitou Charente qui était le Premier ministre Jean-Pierre Raffarin. Elle fut surnommée la Zapatera, par analogie à Zapatero, vainqueur inattendu des élections espagnols qui avait battu le successeur de Jose Maria Aznar. Zapatero signifie en espagnol savetier. Lorca a écrit une très belle pièce appelée Zapatera prodigiosa. Ce succès de Zapatero était dû à des déclarations trop rapides de Aznar après l’horrible attentat de la gare Atiocha de Madrid en mars 2004.

Ségolène se trouvait bien placée pour être candidate. Son compagnon d’alors François Hollande était occupé à gérer le parti socialiste et n’avait pas suffisamment de charisme. Jospin était hors-jeu et il ne restait donc que trois présidentiable au PS : Fabius, Dominique Strauss-Kahn, et Ségolène. Il y eut une primaire interne au PS et Ségolène l’emporta.

 

Les notables du PS et les spécialistes de l’économie eurent préféré DSK ou Fabius, mais la population générale était satisfaite de pouvoir avoir peut-être une présidente. Les vieux auraient rêvé d’avoir Ségolène comme fille, les enfants l’auraient eu volontiers comme maman et les hommes mûrs comme maîtresse ; Elle correspondait donc à ce que les Français attendaient de l’image d’une présidente.

Ségolène est une dame plaisante avec une certaine élégance, vestimentaire acquise dans les écoles catholiques fréquentées par les jeunes-filles bourgeoises et bien élevées. Un de mes amis me dit à son propos : « Cette dame est redoutable ! Regarde-la bien ! Elle n’a pas une ride et n’a pas dû souvent sourire. » Il est vrai que les rides, comme le disait Simone Signoret, sont les cicatrices des sourires.

Elle n’avait pas laissé de ses différents ministères, de souvenirs marquants. Elle avait à l’époque où elle était conseillère de Mitterrand écrit un livre sur les grand-mères. Les grands-parents ont vis-à-vis des petits-enfants un rôle non négligeable dans les transmissions des cultures orales et le drame des enfants dont les parents sont immigrés, c’est l’absence de grands-parents dans leur entourage immédiat.

La gauche ne semblait pas disposée à gagner les élections présidentielles. Les responsables politiques locaux étaient heureux d’avoir les pouvoirs au niveau des régions ou des départements et laissaient volontiers le pouvoir national aux hommes politiques de droite.

Ségolène commença sa campagne avec son équipe personnelle sans être aidée par les notables du Parti socialiste. Elle ne s’en sortait pas si mal que ça.

Sarkozy débuta sa campagne par un discours-programme assez intéressant où tous les électeurs pouvaient trouver leurs comptes, il essayait de synthétiser les valeurs de droite et les valeurs de gauche. Un ami italien m’envoya un courriel pour me dire qu’il s’étonnait des réticences des intellectuels français pour le cher Nicolas et me dit qu'il avait apprécié son discours où Camus était cité.

Sarko accordait beaucoup d’interviews. Il avait quelques intellectuels qui le soutenaient : André Glucsman ou l’avocat Arno Klarsfeld. Il accorda un entretien au philosophe Michel Onfray (1) dans lequel il disait qu’il pensait que la pédophilie avait une origine génétique. Il n’était vraiment pas compétent pour avoir une idée sur les comportements humains et semblait plus proche d’Alexis Carrel que de François Jacob ou Axel Khan, biologistes qui nous ont très bien expliqué la genèse des comportements humains.

En dehors de ce discours programme, il y avait des discours accessoires où Sarko et ses conseillers essayaient de pêcher dans les eaux troubles de l’extrême droite. Ségolène avait tendance à répondre à Sarkozy en le contredisant ou en reprenant ses idées, mais avait un programme plutôt léger. Encadrement militaire des jeunes délinquants…L’hymne de la campagne n’était pas l’Internationale ni la Marseillaise, mais Bella Ciaio, cette très belle chanson italienne des travailleuses des rizières de Lombardie, devenues le chant des Partisans communistes italiens (Partigianni) Elle comprit qu’une élection présidentielle française ne devait pas se faire au son d’un chant italien. Aussi, il y eut dans les meetings des distributions de petits drapeaux bleus, blancs, rouges.

Je remarquais que pour la première fois, j’irais voter pour un candidat plus jeune que moi. On me dit que ces élections étaient différentes des autres car pour la première nous aurons comme président ou une femme, ou un homme dont les parents étaient issus de l’immigration

Entre Sarko et Ségolène, il y avait d’autres candidats : l’éternelle Arlette répétait depuis 1974 le même discours sur le même ton. En l’écoutant, j’avais l’impression de ne pas avoir vieilli. Besancenot, le petit facteur, paraissait plus convaincant qu’Arlette. Marie-Georges Buffet essayaient de rassembler ses troupes en déroute Les écologistes Dominique Voynet et José Bové manquaient de souffle. Le Pen racontait aussi les mêmes histoires d’insécurité et d’immigration. Enfin, Bayrou, le centriste, avait des idées intéressantes. Il aurait été un président acceptable et sa présence au second tour aurait pu être fatal pour la droite. Mais, je n’ai jamais cru au centre dans une élection au scrutin majoritaire. Dans un tel système : ou bien le centriste choisit entre la droite ou la gauche, ou bien assis entre deux chaises, il finit par se retrouver le cul par terre.

Au premier tour, Ségolène répara l’humiliation que nous avions subie lors du premier tour de 2002 et elle obtint un score tout à fait honorable, mais sans réserve de voix. Il était difficile pour Bayrou qui rassemblait dans ses troupes les électeurs de droite qui n’aimaient pas Sarko et les électeurs de gauche qui n’aimaient pas Ségo, de se désister en faveur de Ségolène.

J’ai été au meeting de Ségolène à Lyon, entre les deux tours. Nous savions que les jeux étaient faits et nous essayons de garder le sourire. Le débat de l’entre deux tours ne fut pas très intéressant et n’apporta rien de nouveau. Au soir du second tour, nous anticipions notre déprime. C’était un dimanche très triste. À la radio Miguel Benasayag, psychanalyste argentin dit : « Borges disait que le tango était une pensée triste qui se danse. Le Sarko, c’est triste, mais ça ne se danse pas. »

Le second tour nous donna les résultats que l’on sait. Ségolène tout en étant pas élue, avait totalisé un nombre de voix supérieures aux autres candidats de gauche : Mitterrand ou Jospin. Sarkozy avait siphonné un certain nombre de voix lepénistes.

Plus tard, on s’aperçut que l’énergie des deux candidats avait été provoquée par leurs ennuis familiaux : Sarko se séparait de Cécilia et Ségolène se séparait de Hollande, que l’on imaginait mal dans la fonction de prince consort.

Nous n’avions plus qu’à nous farcir cinq ans de Sarkozy et d’éviter d’attraper une sarkosite, ce syndrome dépressif qui sévissait pendant le quinquennat de Sarko Ier.

 

 

 

 

Notes :

1.http://www.philomag.com/article,dialogue,nicolas-sarkozy-et-michel-onfray-confidences-entre-ennemis,288.php

 

jardin d'Eden Peinture de Xiuyi Shen

jardin d'Eden Peinture de Xiuyi Shen

Repost 0
Published by www.aurelia.myrtho.com
commenter cet article
6 avril 2017 4 06 /04 /avril /2017 19:04

V

 

En 1988, nous étions en pleine cohabitation. Le Premier ministre Chirac essayait de devenir Président. La campagne électorale pour élire le président de la République allait bon train. Après être resté très longtemps silencieux Mitterrand annonça sa candidature à un journaliste du vingt heures-télé en répondant oui comme un nouveau marié à Monsieur le Maire. Rocard avait renoncé une nouvelle fois. Barre s’était lancé dans la bataille. Tout en faisant preuve d’honnêteté et de compétence économique, il ne semblait pas disposé à devenir président et Chirac ne faisait pas le poids par rapport au président sortant. Sa campagne fut dirigée par Pasqua, un mauvais imitateur de Fernandel, qui axait son discours sur les questions de sécurité et d’émigration en imitant le discours de le Pen.

Il y eut à Chassieu près de Lyon un meeting avec Mitterrand. Mitterrand était cette fois-ci introduit par une Barbara qui chantait en son honneur avec une rose à la main. Mitterrand semblait croire à son destin. Entre les deux tours, un débat télévisé Chirac-Mitterrand n’apportait pas grand-chose, mais montrait l’habileté de Mitterrand appelant Chirac : Monsieur le premier Ministre pour renforcer sa stature de président sortant. J’ai toutefois peu apprécié la sortie de Mitterrand sur l’affaire Gordji.

Pendant les derniers jours de campagne une affaire grave éclata en Nouvelle Calédonie Bernard Pons, ministre de l’Outre-mer et Chirac ne surent pas gérer la crise. Les otages du Liban furent libérés et les deux candidats essayèrent d’en tirer profit. Mitterrand fut élu et nomma Rocard Premier ministre. Le score élevé du Front National au premier tour nous semblait indigne d’un pays comme la France. Des élections législatives devaient suivre après dissolution de la précédente assemblée.

Les élections législatives renvoyèrent une majorité de gauche relative. Rocard devait en cas de blocage faire usage de l’article 49-3 pour faire adopter les lois. Je n’étais pas d’accord sur la présence d’hommes politiques de droite dans le Gouvernement. Des hommes de droite appartenant à la société civile peuvent entrer dans un gouvernement de gauche, mais des élus de droite avec des électeurs de droite comme Jean-Pierre Soisson n’ont pas à rentrer dans un gouvernement de gauche. Nous étions satisfaits de la façon dont Rocard a résolu la crise en Nouvelle-Calédonie. Nous avions peur que la crise débouche sur une guerre de type coloniale comme en Algérie. Cette action de Rocard aurait dû être saluée par l’opposition de droite, vu l’importance de cet accord.

Nous étions partis pour une nouvelle cohabitation. Après Mitterrand-Chirac, c’était Mitterrand-Rocard., l’ancienne et la nouvelle gauche.

 

 

 

VI

 

Devant le désintérêt de la campagne présidentielle actuelle, nous avons tendance à regarder dans le rétroviseur. J’avais oublié qu’en 1974, un ami professeur n’avait pas osé donner comme sujet de dissertation philosophique : Commenter cette phrase de Jean-Paul Sartre : « Elections, pièges à cons. ». Et pourtant Sartre à l’époque était un philosophe pour classe terminale.

J’avais aussi oublié qu’en 1981, il y eut une candidate qui avait un programme très intéressant mais qui ne pouvait gagner, faute d’une clientèle suffisante : c’était Marie-France Garraud, dont René-Jean Clot, un ami de mes parents, peintre et écrivain, disaient qu ‘elle avait le visage d’une femme figurant sur les fresques des villas de Pompéi. J’avais aussi oublié Brice Lalonde ou Antoine Vaechter, ces écologistes qui n’arrivaient pas à la cheville de René Dumont.

 

Fin 1994, il y avait en France une atmosphère de fin de règne. Mitterrand était sur le point de devenir le seul président de la république à avoir accompli deux septennats complets. Une fatalité historique semblait atteindre les seconds septennats et Mitterrand avait refusé cette fatalité.

Ce septennat avait été riche en évènements tant historiques que personnels. Rocard avait été un bon Premier ministre, mais Mitterrand s’était évertué à l’user. Edith Cresson ne faisait pas le poids par rapport à Rocard et ne put rester longtemps à son poste. Bérégovoy qui lui succéda n'arriva pas à gérer son ministère, préparer les élections législatives et répondre aux ignobles attaques des bousiers (ou journalistes fouille-merdes). Des élections législatives donnaient à la droite une chambre introuvable, nous entrions dans une deuxième cohabitation. Pour la gauche ce n’était pas une défaite mais une déroute et Bérégovoy en tira tragiquement les conséquences en se suicidant un 1er mai sur les bords d’un Canal à Nevers.

D’autres évènements mondiaux avaient eu lieu : en 1989, l’année du bicentenaire de la Révolution, il y eut une révolution à l’échelle mondiale. La Hongrie, la Pologne et la Tchécoslovaquie se libérèrent à la fois du communisme et de l’influence soviétique et le mur de Berlin s’effondra. Il semblait que Gorbatchev avait soulevé trop tôt le couvercle d’une cocotte-minute et qu’il avait reçu la vapeur bouillante en pleine gueule. L’Union soviétique disparut et la Yougoslavie devait sombrer dans une guerre à caractère tribal. En Afrique du Sud Mandela et De Klerk mettaient fin à l’apartheid et à Oslo, Palestiniens et Israéliens essayaient de négocier une paix. En Algérie, l’armée interrompit un processus électoral trop favorable au FIS et le pays rentrait dans ce que l’on appelle aujourd’hui la décennie noire.

Du point de vue personnel, ma maman, souffrant d’une maladie de Parkinson nous avait quitté en octobre 1990 et mon père vivait tranquillement son grand âge, malgré un cancer de la prostate et une affection rétinienne évolutive qui lui empêchait d’avoir une vision centrale. Je continuais ma vie professionnelle à Lyon. J'avais retrouvé une amie d'enfance et j'avais noué avec elle une relation qui n’a duré que quelques années.

Mitterrand, souffrant d’un cancer dont on ignorait qu’il évoluait depuis le début de son premier septennat, laissait les journaux révéler son passé vichyste et ses relations avec René Bousquet. Il ne donna pas d’explications suffisantes à cette période sombre de sa vie. Un autre jour, Paris-Match révéla l’existence d’une fille conçue avec une compagne illégitime et il y avait de quoi s’interroger : il est difficile pour un homme publique d’avoir une vie publique et une vie privée. Mitterrand avait une vie publique et deux vies privées.

Les Français attendaient tous la candidature de Jacques Delors, homme de gauche apprécié par la droite et qui avait la réputation d’être un économiste compétent. Celui-ci annonça un dimanche soir dans l’émission de télévision d’Anne Sinclair, qu’il renonçait à se présenter. Ce fut une grande déception. Il est vrai que ces chances de réussir étaient dues à la désunion de la droite où se disputaient deux anciens Premiers ministres : Chirac et Balladur. Le Pen avait gardé une grande capacité de nuisance, Le parti socialiste décida de présenter Jospin. Jospin était un homme politique sérieux, mais renvoyait dans l’inconscient collectif des Français plus une image de fils qu’une image de père. Il est vrai que si De Gaulle renvoyait une image de père, Mitterrand n’était pas tout à fait le père, mais l’oncle : nous étions tous ses neveux et nous l’appelions Tonton.

Je dois dire que si j’étais résolu à voter Jospin, j’avais plus de sympathie pour Chirac que pour Balladur. Chirac après sa longue carrière politique avait su se faire apprécier des Français. Il est vrai qu’il était comme tout homme politique très arriviste, mais il n’avait pas la froideur de Balladur. Il est assez remarquable de voir que Chirac a façonné sa personnalité en s’opposant à Mitterrand et y étant imprégné. Il en était de même pour Mitterrand vis-à-vis de De Gaulle. Chirac aborda dans sa campagne des projets de société qui séduisaient des sociologues de gauche comme Emmanuel Todd. Balladur en se présentant commettait une malhonnêteté intellectuelle, car il avait été nommé premier ministre pour rendre Chirac disponible. Il est vrai que Balladur était peut-être un meilleur économiste que Chirac.

 

Je ne pus suivre cette campagne électorale. Mon père tomba malade et je passais mon temps libre auprès de lui. En avril, mon père manifesta le désir de passer quelques jours à Evian. Je l’accompagnais et au cours de son séjour, il dut se faire hospitaliser et affaibli et ne voulant absolument pas perdre son autonomie et rentrer dans une maison de vieux, il se laissa mourir.

Pour voter au premier tour, je fis un aller-retour Evian-Aix. Le soir, je fus étonné de voir que Jospin était arrivé en tête et j’étais satisfait de l’élimination de Balladur. Quelques jours, après, mon père choisit le premier mai pour passer l’autre rive. À l’hôpital Camille Blanc d’Evian, hôpital où en 1971, j’avais été interne. Les obsèques eurent lieu à Aix quelques jours après.

Entre les deux tours, j’avais vu le traditionnel débat entre les finalistes. Je dois dire que les candidats essayèrent de ne pas êtres agressifs et le débat était franchement ennuyeux.

Le jour du second tour, j’allais après avoir voté à Cassis et dans un bistrot, on entendait un disque de circonstance :

Si j'étais Président de la République


J'écrirais mes discours en vers et en musique


Et les jours de conseil, on irait en pique-nique


On f'rait des trucs marrants

Si j'étais Président


Je recevrais la nuit le corps diplomatique


Dans une super disco à l'ambiance atomique


On se ferait la guerre à grands coups de rythmique


Rien ne serait comme avant,

Si j'étais président

Au bord des fontaines coulerait de l'orangeade


Coluche notre ministre de la rigolade

Imposeraient des manèges sur toutes les esplanades


On s'éclaterait vraiment, si j'étais président ! (1)

C’était un vaste programme.

Le soir, je n’étais pas étonné d’apprendre l’élection de Chirac. Une page se tournait et Mitterrand après avoir quitter le pouvoir ne survit pas longtemps. Dans un film récent, Michel Bouquet incarne à merveille le président agonisant. (2)

 

 

VII

 

 

En 2002, Chirac finissait son premier septennat. Chirac avait fait preuve de son incompétence en provoquant en 1997 des élections législatives anticipées après dissolution de l’assemblée. Les électeurs avaient renvoyé une chambre de gauche et nous en avions pour cinq ans de cohabitation. Chirac avait commis une grave erreur : l’arme de la dissolution ne doit pas être utilisée par le Président pour convenance personnelle. Après une telle erreur, un autre président aurait démissionné. Nous devions avoir une cohabitation de cinq ans et cette cohabitation Chirac Jospin était différente des deux cohabitations de Mitterrand qui ne duraient que le temps d’une campagne électorale.

La longueur de la cohabitation devait conduire à une connivence entre le Président et le Premier ministre et favorisait la montée de partis extrémistes comme le Front national.

Jospin, qui fut un bon Premier ministre avec un bilan positif, commit de très graves erreurs : il fit un référendum pour réduire le mandat présidentiel à cinq ans. Le chiffre sept est un nombre sacré : il y a sept jours dans la semaine et il y a sept péchés capitaux et pour des raisons irrationnelles, il importait de ne pas toucher au septennat. Pour éviter la cohabitation, il faut que les législatives suivent les présidentielles et il se pourrait qu’un jour il y ait de nouveau cohabitation si les élections présidentielles n’influencent pas les législatives. De plus, les électeurs se trouvent frustrés d’une campagne électorale pour des législatives, l’assemblée se trouve par la suite réduite en chambre d’enregistrement. La deuxième erreur de Jospin fut d’inverser le calendrier des élections. Les élections législatives devaient précéder les présidentielles. Jospin ne put donc présenter le bilan de son action de premier ministre.

 

La France avait été secouée par les attentats du 11 septembre à New York et venait d’adopter l’Euro. Ce n’est qu’en février 2002 que les candidats se déclarèrent. Jospin ne semblait prêt à devenir président : sa campagne était sans dynamisme et se laissait aller à des lapsus ou à dire des choses à des journalistes sans se douter que les conversations étaient enregistrées et c’est ainsi qu’il parla de la sénilité de Chirac. De plus Chevènement, sortant d’un grave accident de santé, se présenta aux présidentielles et séduit un grand nombre d’électeurs de gauche mécontents de Jospin. De plus, une autre candidate de gauche surgit : Christiane Taubira. Le PS pensa à tort qu’elle pouvait ramener à Jospin un grand nombre de voies des DOM-TOM pour le second tour.

 

Courant avril, je finis par réunir les documents pour avoir un visa pour l’Algérie. Je partis faire un séjour de huit jours dans mon pays natal. Je n’avais pu y aller pendant la décennie noire et j’ai tenu à y retourner dès que la situation se stabilisait. J’ai été très bien reçu par mes amis, je suis retourné à Tipasa après dix-huit ans d’absence et j’ai revu la stèle (3). Les Algériens sortaient d’un long cauchemar et avaient repris leurs joies de vivre. Ce n’est plus le cas aujourd’hui où beaucoup d’Algériens ne rêvent que de quitter leurs pays et où l’on croise de nombreux visages tristes. Je rentrais en France peu de jours avant le premier tour : Le Pen faisait des déclarations qui indiquaient qu’il comptait bien être au second tour. Après lecture des journaux, je pris cette nouvelle au sérieux, mais en réfléchissant, je me dis que si aussi bien la gauche que la droite risquaient de voir leurs voix dispersés en raison du grand nombre de candidats, Le Pen n’arriverait pas à avoir suffisamment de voix pour le second tour en raison de la présence de la candidature de Mégret. La veille des élections, une amie me dit : « Crois-tu qu’il y ait danger de voir Le Pen au second tour et qu’il soit plus prudent de voter Jospin. » Je lui répondis : « Le Pen étant amputé par les mégrétistes, il me semble qu’il n’arrivera pas au second tour. Vote pour celle ou celui que tu veux ! » Le dimanche soir du 21 avril, après avoir voté à Aix, je pris mon train pour Lyon et vers vingt heures, j’entendis un voyageur qui répondait au téléphone : « Merde ! C’est pas vrai ! Le Pen est au second tour ! » J’entrais en conversation avec ce voyageur et nous étions tous les deux catastrophés. Arrivé chez moi, je regardais la télévision et j’avais l’impression de vivre un nouveau cauchemar. Nous en avions eu un autre le 11 septembre. J’étais décidé à voter Chirac au second tour et sans aucun état d’âme. C’est le principe des élections démocratiques ; on choisit au premier tour, on élimine au second tour.

Jospin fit encore une autre connerie. Il annonça en direct son retrait de la vie politique, comme si un candidat était un homme seul et qu’il pouvait prendre une décision sans en informer son équipe de campagne. Il n’était donc pas disposé à accomplir une charge aussi lourde que celle de la présidence de la république.

 

Entre les deux tours, je me rendais le 1er mai à la manifestation de la Place Belcourt, à Lyon. Le cortège devait traverser le Rhône, passait devant la Préfecture, retraversait le Rhône et retournait place Belcourt. J’attendais sur la place pour prendre place au cortège après le départ des délégations officielles. J’ai attendu deux heures et je vis arriver la tête du cortège. Le serpent s’était mordu la queue.

 

Le 5 mai, Chirac gagna le second tour en ayant une élection digne d’un homme politique soviétique.

 

 

Jean-Pierre Bénisti

 

 

1. Chanson de Gérard Lenorman

 

2. Le promeneur du Champs de Mars. Film de Robert Guediguian (2005)

 

  1. http://www.aurelia-myrtho.com/article-il-y-a-cinquante-ans-suite-72698188.html

 

Repost 0
Published by www.aurelia.myrtho.com
commenter cet article
6 avril 2017 4 06 /04 /avril /2017 18:56

III

 

En 1974, mes parents avaient quitté Alger et s’étaient installés à Aix-en-Provence. Je continuais à Grenoble des études de pédiatrie. Début avril, je partis à Paris pour passer quelques jours de vacances chez mon ami Emmanuel Jégo qui dirigeait un foyer de jeunes travailleurs. Un matin, Jégo me dit : « Il s’est passé un évènement important cette nuit : Pompidou est mort. » Nous savions Pompidou malade et par indiscrétion, j’avais su qu’il souffrait de la Maladie de Waldenström, sorte de cancer de la moelle osseuse. D’autres chefs d’état : Boumediene, le Shah d’Iran et Golda Meïr moururent de cette même maladie. Le Professeur Jean Bernard avait dit que s’il y avait deux chefs d’état de plus, atteints de cette affection, on serait autorisé à entreprendre une étude scientifique sur la relation entre le métier de chef d’état et la maladie de Waldenström.

Brassens chantait à l’époque que les morts étaient tous des braves types. Cela est vrai, mais je dois dire que si je n’étais pas en accord avec le parti de Pompidou, l’UDR, j’ai toujours eu de la sympathie pour ce président qui était un honnête homme. La radio et la télévision ne diffusaient que de la musique classique, comme si cette musique était une musique de deuil. Dans la rue, la ville restait semblable à elle-même. Les jours suivant Chaban et Edgar Faure déclaraient leurs candidatures de façon assez précipitée. Je devais suivre à la télévision la messe célébrée à Notre-Dame, qui se déroulait comme celle de De Gaulle en 1970. Le principe d’une telle messe officielle est tout à fait contraire avec les principes de laïcité de la République française. En 1996, il y eut aussi une messe pour Mitterrand.

Tous les chefs d’État importants étaient présents et beaucoup étaient en fin d’activité : Nixon devait démissionner peu de temps après pour cause de Watergate et Willy Brandt, en raison d’une affaire d’espionnage. Je pensais que si un fou avait l’idée de bombarder Notre-Dame, les nations du monde entier seraient en deuil et ils pourraient, à cette occasion, mettre fin à leurs rivalités.

Poher assurait de nouveau l’interim de la présidence et comme le disait un des personnages de la pièce en alexandrin écrite par Bernard Kouchner et Michel-Antoine Burnier : les Voraces : Poher à force de faire les intérims finira bien par faire un septennat.

Rentré à Grenoble, je retrouvais les camarades se disputant au sujet des prochaines présidentielles. Mitterrand venait de se déclarer et l’on attendait la candidature de Giscard. Giscard avait choisi Chamalières, la banlieue cossue de Clermont-Ferrand, pour annoncer sa candidature. La télévision avait retenu de ce personnage sa prestation à l’accordéon de : Je cherche fortune tout autour du chat noir. La victoire de la gauche semblait difficile mais pas impossible. Beaucoup de gens de gauche se seraient accommodés d’une victoire de Chaban, car c’était un démocrate très orienté sur les questions sociales. Il avait d’ailleurs des conseillers remarquables, proches de la gauche : Jacques Delors et Simon Nora l’avaient aidé à rédiger les lois sur la formation permanente. Mais tous les gens de droite et les réactionnaires se tournaient vers Giscard. Il était considéré comme plus compétent que Chaban et tout en ayant été ministre de De Gaulle ou de Pompidou, il avait pris ses distances vis-à-vis de ces présidents. Voilà que Lecanuet, un homme politique tout à fait sans intérêt se prétendant du Centre, mais qui était tout simplement de droite se rallie sans conditions à Giscard et voici que Jacques Chirac essaie de saboter la candidature de Chaban.

Je vis Mireille et Paul, .mes oncles et tantes. Ils avaient confiance en Giscard, tout comme d’ailleurs Lucien et Jeanne, autres oncles et tantes.

La campagne électorale battait son plein. Poher assurait les fonctions de président et l’on disait tous qu’à force d’assurer les intérims, il finirait bien par faire un septennat. André Malraux vint à la télévision pour soutenir Chaban et fit une prestation inintelligible. Malraux était connu pour avoir des tiques et les cameramen de la télévision ont su insister là-dessus. À chaque tique, des voix passaient de Chaban à Giscard. Giscard a dû envoyer des boites de chocolat à ces cameramen.

La candidature Chaban se marginalisait. La droite dans son ensemble rejoignait Giscard. Des personnes de gauche, inquiètes du soutien apporté à Mitterrand par les communistes et du sort tragique de l’Unité Populaire de Salvador Allende au Chili, rejoignaient aussi Giscard. L’affaire Soljenitsyne nourrissait la méfiance de beaucoup d’entre nous vis-à-vis des communistes. On parla même de menaces d’invasion de la France par l’Armée Soviétique, vieille rumeur entretenue depuis la fin de la guerre.

Il y eut des candidatures accessoires : Jean-Marie Le Pen, connu pour ses sentiments nationalistes, sortit son catéchisme anti-émigrés. Royer, le maire de Tours, axa sa campagne sur la défense des bonnes mœurs. Ses réunions furent l’objet de chahut. On vit au cours d’une de ses réunions, une fille se dénuder et exhiber ses seins. L’orateur resta impassible. Arlette Laguiller fut la première femme candidate et fit une campagne honorable. René Dumont, ce sympathique professeur, fut le premier candidat écologiste. Je l’avais entendu récemment à Aix. Il préconisait non seulement de lutter contre les pollutions mais aussi contre le gaspillage des riches entraînant la pénurie pour les pauvres.

Je devais aller à un meeting du Parti communiste avec Jacques Duclos, un orateur extraordinaire avec son accent pyrénéen et ses bons mots. Il devait mourir l’année suivante.

Vers cette époque, le Cardinal Daniélou mourrait d’une crise cardiaque au domicile d’une soi-disant danseuse. Cela rappelait un autre Président de la République terrassé dans les bras d’une maîtresse dans une chambre d’hôtel minable. Quand le médecin appelé au chevet du président demanda au valet de chambre si le Président avait toujours sa connaissance. On lui répondit qu’elle venait juste de quitter l’hôtel.

Le premier tour donna les résultats que l’on sait avec Mitterrand arrivant en tête, mais sans réserve de voix pour le second tour et Giscard en second, mais avec des réserves de voix. L’entre deux tours fut pénible. Le débat télévisé Giscard-Mitterrand tourna à l’avantage de Giscard avec sa sortie : « Vous n’avez pas le monopôle du cœur. »

Ce qui était remarquable, c’est que Giscard, comme Mitterrand, étaient appréciés aussi bien par leurs partisans que par leurs adversaires, les considérant comme des hommes politiques de talent.

Je reçus une lettre circulaire qui s’adressait aux médecins et qui appelait les médecins à apporter leurs suffrages à Giscard. Je me suis aperçu que les adresses étiquetées sur l’enveloppe postale étaient de même nature que toutes les adresses étiquetées des courriers de l’Ordre des médecins. L’Ordre des médecins avait prêté son carnet d'adresse. Il y avait de quoi saisir la justice sur les agissements partisans de cet ordre professionnel

 

Le vendredi avant le second tour, j’étais à Grenoble, ville où Mitterrand devait faire son dernier meeting. Je rejoignis le Palais de Glace vers dix-huit heures, alors qu’il ne devait parler que vers vingt heures. Je rencontrais un copain qui me dit : « Et si entre les deux tours, l’un des deux candidats décédait ? » Je réfléchissais et je pensais que cette éventualité n’avait pas été étudiée. Cette élection du président au suffrage universel fut un rajout à la Constitution de 1958, conçue essentiellement pour De Gaulle. De Gaulle n’avait pas imaginé pouvoir être en ballottage et n’aurait pas modifié sa constitution, s’il avait pensé à cette éventualité. Les Français dans leur ensemble ont apprécié cette forme d’élection. Nous étions tous joyeux, car si nous étions loin d’êtres sûrs d’une victoire de la Gauche, la campagne avait été fructueuse et avait remonté le moral des électeurs. En attendant notre « futur » président, nous avons eu droit à un petit récital de Juliette Gréco, arrivée avec sa robe noire et une rose à la main, qui nous chanta le petit poisson et l’accordéon. Le Président Mendès-France devait arriver sous les applaudissements et prendre place au premier rang. Vers vingt heures, Mitterrand arriva entouré d’une armée de gorilles, de photographes et de journalistes. Nous sentions que le monde entier nous observait. Mitterrand fit un discours enthousiaste, mais semblait loin de tenir la victoire pour acquise, ce qui donnait à la réunion un petit parfum de mélancolie. La soirée devait se clôturer par une Marseillaise que nous avons tous chantée. Il n’y eut pas d’Internationale, sans doute pour ne pas effrayer les électeurs modérés.

Le lendemain, je devais arriver à Aix et voter le dimanche 19 mai. J’étais domicilié à Aix chez mes parents et je votais dans cette ville. Le soir nous avons été chez Padula pour voir les résultats à la télévision. Mitterrand avait été battu par un nombre très réduit d’électeurs. Le coup d’état au Chili et l’affaire Soljenitsyne ont contribué à la victoire de Giscard. Les électeurs sont quelquefois frileux. Giscard commit sa première erreur en répondant en anglais à un journaliste américain et Mitterrand depuis Château-Chinon devait nous dire : « Je mesure votre tristesse à la mesure de votre espoir. » Il fallait donc se mobiliser pour les prochaines échéances.

Entre les deux tours, il y eut un évènement important : le coup d’état militaire du Général Spinola devait renverser la dictature au Portugal et permettre la révolution des œillets qui instituera la démocratie et donnera l’indépendance aux pays de l’empire colonial portugais

En juillet, au festival d’Avignon, Mitterrand devait assister à un spectacle et quand il pénétra dans la Cour d’honneur, il eut une grande ovation.

 

IV

 

En automne 1977, je me trouvais à Lyon où j’avais pris une fonction de médecin salarié dans le cadre de la Protection maternelle et infantile. La situation politique en France était dominée par la préparation des élections législatives. Des journalistes écrivaient des livres qui pouvaient nous éclairer : Pierre Viansson-Ponté, du Monde avait écrit des Lettres ouvertes aux hommes politiques, où il révélait le passé pétainiste de Mitterrand qui avait en son temps porté la francisque. Cela faisait partie des zones d’ombre de la personnalité de Mitterrand. Franz-Olivier Giesbert, appelé depuis quelques années FOG était à cette époque au Nouvel observateur. Il avait publié une biographie de Mitterrand qui nous éclairait sur le parcours de cet homme politique hors du commun. Georges Dayan ami de Mitterrand, avait dit à FOG que si Mitterrand ne devenait pas président de la république, il manquerait quelque chose à sa biographie. Mitterrand serait en mesure en cet automne 77 de battre Giscard, mais en cette saison, nous n’étions pas en campagne pour des élections présidentielles, mais pour des élections législatives. La victoire de la gauche semblait à portée de main, mais pourra-t-il, il Marchais était un grand tribun qui savait se faire écouter par ses partisans. La gauche perdit les législatives de 1978 et Rocard commença à faire des déclarations qui semblaient celles d’un prétendant à la candidature.

 

En octobre 1980, après un séjour de deux semaines en Tunisie je reprenais mes activités. J’appris par les journaux que Pivot faisait son émission Apostrophes sur les livres des médecins. Il recevait Minkowski, Milliez, Kouchner, Xavier Emmanuelli et Rapin. N’ayant pas de télévision, je m’invitais chez ma copine Claude Beauverd qui me reçut avec plaisir. Peu avant l’émission, j’appris qu’un attentat avait eu lieu dans la synagogue de la rue Copernic à Paris. C’était la première fois depuis les années noires de la guerre 39 qu’un attentat visait la communauté juive en France. Si cet acte était unanimement condamné, chacun l’expliquait de façon différente : les uns accusaient la Libye sans preuves, d’autres l’OLP, malgré la condamnation de l’acte par Yasser Arafat, d’autres l’extrême droite française. Tout était possible. Les commanditaires de ce crime n’ont toujours pas été identifiés. Il est probable qu’il s’agissait de groupes terroristes palestiniens dissidents. Des ministres se rendirent sur les lieux et s’étonnèrent de l’absence de Giscard et de la présence de Mitterrand. Giscard avait, selon certains, perdu les élections ce soir-là en ne jugeant pas utile de faire un déplacement. Barre fit un malheureux lapsus. Les manifestations de protestation eurent lieu le lundi suivant. Je me suis rendu à celle de Lyon et je dois dire que j’aurais préféré qu’il n’y ait pas de banderoles ou de drapeaux israéliens brandis par les manifestants. Des ministres honnêtes comme Simone Veil ou Bernard Stasi jugèrent la présence de banderoles et de drapeaux – drapeaux israéliens ou drapeaux rouges des gauchistes -tout à fait inopportune dans une telle manifestation unitaire.

En Algérie, la ville d’El Asnam (Orléansville) devait être de nouveau victime d’un séisme. La ville fut détruite à quatre vingt pour cent. J’ai pris des nouvelles de mes amis. Belkacem perdit deux membres de sa famille. Le Centre Albert Camus aurait subsisté. El Asnam après avoir été Orléansville devint Chlef. Ces changements de noms ressemblent à des actes conjuratoires face aux mauvais sorts.

La campagne présidentielle commençait. Michel Rocard, qui bien que socialiste ne s’entendait pas très bien avec Mitterrand prit l’initiative d’annoncer sa candidature ou plutôt sa candidature à la candidature du Parti socialiste. Il fit une déclaration solennelle mais peu convaincante, depuis sa mairie de Conflans-Sainte-Honorine et cette déclaration n’a eu pour effet que de donner une plus grande légitimité à la candidature de Mitterrand annoncée par l’intéressé peu de temps après. Rocard est pour moi, un homme politique honnête et sympathique. C’est un homme qui connaît très bien ses dossiers, mais il manque de stratégie et dit souvent des vérités mais à contretemps. C’est pour cela qu’il devint un excellent premier ministre mais qu’il ne put accéder à la magistrature suprême. Il est toujours bon de parler vrai et d’éviter ce que l’on appelle la langue de bois, il faut savoir le moment pour dire une vérité dure à entendre. Il en est de même dans les entretiens que les médecins ou le psychologues ont avec leurs patients : une même vérité peut rassurer ou blesser selon le moment où on l’a dit.

Nous entrions dans la politique spectacle. Je me souviens avoir fait un rêve étrange, à la fin du septennat de VGE : Giscard renvoyait Barre pour le remplacer par Léo Ferré. Ce n’était qu’un rêve. Il n’empêche que Coluche annonça sa candidature et cette candidature a été salutaire car elle a réduit les prestations télévisées des hommes politiques à des numéros de clown. Une amie me disait qu’elle n’arrivait plus à distinguer un homme politique de son imitateur. Les imitateurs dépassaient les limites admissibles : Henri Tisot imitait de Gaulle avec des discours sur des sujets dérisoires et sur un mode burlesque. Thierry Le Luron faisait avec talent des mauvais discours de Mitterrand ou de Chirac et arrivait à leur faire dire des choses qu’ils n’avaient jamais dites.

Des évènements affectaient le monde intellectuel. Romain Gary se donnait la mort peu de temps après le suicide de sa femme Jean Seberg. Pivot n’avait pas encore révélé l’identité d’Emile Ajar, qui n’était autre de Romain Gary. Ce n’est qu’en juin 1981, que ce fait ait été connu. Il est permis de penser que l’écrivain n’ait pas supporté cette double identité.

Un soir, j’allais voir un film de Bergman qui se termine par une scène horrible. Un homme tue par amour la femme qu’il aime. Le lendemain, j’apprenais par les journaux que le philosophe Louis Althusser avait tué son épouse. Ce meurtre nous interrogeait sur la fragilité psychologique de beaucoup de grands esprits.

Je n’avais pas de télévision. Je sus que Mitterrand avait affirmé à Alain Duhamel et à Jean-Pierre El Kabbach qu’il s’engageait à supprimer la peine de mort. Je remarquais le courage de Mitterrand qui s’engageait sur un sujet très controversé alors que Giscard, n’osait pas s’engager pour ne pas décevoir sa clientèle.

Fin mars, je me rendais au grand meeting de Mitterrand au Palais des sports de Lyon. La salle était pleine à craquer. Je remarquais que Mitterrand semblait bien plus rassuré qu’à Grenoble en 1974. Il semblait croire à la victoire. Ce meeting nous remontait le moral et chacun pensait que la victoire de la Gauche était tout à fait possible. J’ai donc envoyé un chèque au Comité de soutien à Mitterrand.

Le premier tour des présidentielles était encourageant. Il fallait tirer deux semaines. J’avais été voir le débat Giscard Mitterrand chez ma collègue assistante sociale Simone Jacquin. Je remarquais l’assurance de Mitterrand face à Giscard, cela contrastait avec le duel de 74.

Le 10 mai 1981, j’allais voter à Aix et je rentrais à Lyon le soir. Je devais être chez moi vers vingt heures dix et je pris la radio et j’entendis une déclaration de Jospin, faisant état de la victoire de Mitterrand. Je pris ma voiture et me rendis chez les Jacquin pour voir les commentaires à la télévision. Nous étions tous joyeux et prêts à faire la fête et nous regrettions que le bal de la Bastille fut mouillé. Les journalistes de télévision, notamment Cavada et El Kabbach semblaient affectés d’une certaine gène. Lorsque El Kabbach eut Marchais au téléphone, ce dernier lui dit : « Ah ! C’est El Kabbach ! » Entraînant les éclats de rire de l’assistance. Giscard avait perdu, mais avait gagné des voix par rapport à l’élection de 74. Il avait inconsciemment fait voter une loi qui allait se retourner contre lui. La loi sur la majorité civile à dix-huit ans avait augmenté le nombre des électeurs et les jeunes sont plus des électeurs de gauche que des électeurs de droite.

Le lendemain, tous mes collègues étaient joyeux. Au centre où je travaillais, les assistantes sociales fleurirent leurs bureaux de roses et me félicitèrent car elles avaient su que j’avais signé un appel à voter Mitterrand et cet appel était affiché sur les panneaux électoraux.

J’avais écouté, peu de temps avant le second tour, un entretien avec Jacques de Fontbrune sur les quatrains de Nostradamus. Jacques de Fontbrune s’appelait en réalité Jacques Pigeard de Gurbert et était le premier mari de Marie Salavert, notre voisine d’Aix qui avait eu de ce premier mariage deux enfants Béatrice et Guillaume, qui sont devenus mes amis. Fontbrune avait fait une nouvelle traduction des quatrains ; il refusa de parler des prédictions de Nostradamus sur l’élection présidentielle en raison de la discrétion qui s’imposait mais évoqua un possible assassinat du pape à Lyon.

Le mercredi 13 mai, mon père me téléphona, je lui demandai des nouvelles, il me dit : « Moi, je vais bien, c’est le pape qui va mal. Il vient d’avoir été poignardé à Rome. » Je pensais à cette prédiction de Nostradamus qui n’était pas exacte mais troublante. L’un des plus beaux gestes du Pape Jean-Paul II a été de rendre visite à son meurtrier dans sa cellule, quelques années après le drame. Cela rappelle une scène célèbre des Justes de Camus.

La presse ne manque pas de faire allusion aux prophéties de Nostradamus revu par Jacques de Fontbrune. Il y aurait dans un des quatrains : « Dès que la rose éclora, le sang coulera. » Nostradamus dans ses quatrains aurait prédit l’élection de Mitterrand, et l’attentat contre le pape.

Cette fin de septennat de Giscard avant la prise de fonction de Mitterrand paraissait interminable. Giscard mit en scène son départ en laissant l’image d’un homme tournant le dos à ses téléspectateurs et une chaise vide. Mitterrand devait enfin rentrer dans l’Elysée et Giscard devait quitter le château sous les huées de quelques imbéciles qui semblaient ignorer que dans un combat politique le perdant d’une élection doit être respecté.

Mitterrand avait soigné la mise en scène de son entrée en fonction : Arc de triomphe, Hôtel de Ville, Panthéon. Tout cela était fort émouvant et nous avions l’impression qu’une partie du peuple français éloignée longtemps des responsabilités reprenait ses droits. La Constitution élaborée par De Gaulle avait fonctionné et n’était donc pas aussi mauvaise qu’on le pensait auparavant.

Vers le 20 mai, je partis pour Venise avec mes parents. Nous sommes retournés dans nos lieux favoris et cette fois-ci nous avons fait une promenade en gondole. Nous avons été voir les confettis de la lagune : Burano avec ses maisons multicolores et Torcello avec les ruines de sa basilique. À la fin du séjour, ma mère a été saisie du syndrome vénitien : se sentir prisonnier dans la Cité des Doges et ne plus pouvoir la quitter. Nous devions prendre un train de nuit vers vingt heures et des quatorze heures, nous avons été déposé les bagages à la consigne et nous avons fait des promenades à pied dans les quartiers comme le Cannareggio près de la gare. Et nous avons bien failli rater le train : nous avions égaré le reçu de la consigne et il a fallu parlementer un bon moment pour pouvoir récupérer nos valises.

Les élections législatives confirmèrent une poussée de gauche et Mitterrand eut presque une mariée trop belle. Tous les espoirs étaient permis : une grande partie de la population était réjouie, une autre faisait la tronche en annonçant la faillite économique voire la soviétisation du pays. Parmi les déçus, il y avait Lucien et Jeanne d’un côté et de l’autre Mireille et Paul, qui sous couvert d’anticommunisme défendait leurs situations de petits-bourgeois. Des médecins réactionnaires décrivaient la mitterrandite, petite dépression post-électorale.

Jean-Pierre Bénisti

Repost 0
Published by www.aurelia.myrtho.com
commenter cet article
6 avril 2017 4 06 /04 /avril /2017 18:52

I


Les Français s’apprêtent à voter pour un nouveau président. La campagne est un peu terne par rapport aux élections présidentielles que j’ai connues. Mais où sont les présidentielles d’antan. Sous la IVe République, les présidents présidaient, mais ne gouvernaient pas Ils ne se contentaient pas d’inaugurer les chrysanthèmes. Je me souviens dans une enfance très lointaine du voyage du Président Vincent Auriol à Alger. Me promenant sur les boulevards d’Alger, nous vîmes passer un Monsieur debout dans une voiture découverte. Ma famille appréciait Vincent Auriol, qui avait été en son temps ministre des finances de Léon Blum, autre homme politique aimé de la famille. Il y eut peu avant Noêl 53 des élections présidentielles au suffrage indirect : les députés et sénateurs réunis en congrès devaient choisir entre deux candidats : l’ancien gouverneur général de l’Algérie Marcel Edmond Naegelen présenté par la gauche et le Président du conseil Joseph Laniel, homme politique de droite bien oublié aujourd’hui. Le congrès n’arrivait pas à départager les deux candidats. Le débat portait sur l’attitude des deux hommes lors du débat sur la CED (Communauté européenne de défense). Dans les cafés, les gens s’amusaient à faire des paris sur le gagnant. Finalement le gagnant fut un troisième homme : René Coty, un sénateur qui n’avait pas participé au débat sur la CED pour cause d’hospitalisation pour ablation de la prostate. « Voilà a quoi tient une présidence de la République » disait à ce sujet Jacques Fauvet, l’ancien directeur du Monde. . Clemenceau qui était aussi médecin disait qu’il y avait deux choses parfaitement inutiles : la prostate et la présidence de la république. S’il y a un étudiant en médecine qui cherche un sujet de thèse, je pourrais l’aider sur un sujet à la fois médical et historique : Prostate et politique. Le président Coty laissa peu de souvenirs aux Français, on se souvient surtout de sa femme, une brave dame obèse que l’on verrait bien faire de bons petits plats cuisinés. Germaine Coty ne ressemblait ni à Tante Yvonne ni à Carla. Elle mourut pendant le mandat de son mari et eut droit à des funérailles grandioses.

Étant en Algérie, loin de la France hexagonale que l’on appelait métropole, les évènements politiques n’étaient pas perçus de la même façon qu’à l’intérieur de la France. Nous voyons les choses avec une certaine distance. En 1958, j’étais au lycée et j’ai eu un professeur d’histoire, René Pillorget qui n’était pas de droite, mais d’extrême droite et qui nous a appris à lire les constitutions à l’aide de petits schémas. J’ai pu comprendre toutes les constitutions depuis 1789. Si je rencontrais Monsieur Pillorget, je lui dirais que son enseignement d’un homme de droite m’a aidé à rester à gauche. En 1958, à la suite des complots fomentés par les activistes et les militaires d’Alger, la IV ème république agonisait et De Gaulle, dernier président du Conseil de la IVéme république fit un référendum pour approuver une Constitution où le président de la république gouvernerait. Ce référendum ressemblait fort à un plébiscite, sorte de consultation populaire utilisée naguère par Napoléon III. L’ambiance pré-electorale en France comme en Algérie était fiévreuse. Le référendum approchait. Les gens plaisantant en chantonnant : « Dis-moi oui, dis-moi non, dis- moi si tu m’aimes. . » .Des caricatures montraient notre chère Marianne déguisée en Brigitte Bardot au corsage largement dégrafé, comme pour distraire le peuple et faire en sorte qu’ils ne réfléchissent pas trop aux problèmes politiques. Marianne bardotisée disait : « Pour qui votait-on ? » ou « Pour qui vos tétons ? » Le Oui l’emporta et en décembre 58, Coty démissionna et De Gaulle devint président après une élection dont les électeurs étaient à cette époque, les députés, sénateurs, conseillers généraux et autres notables. De Gaulle avait un concurrent le communiste Georges Marrane qui obtint 13% des voix. Beaucoup de rues des banlieues communistes de Paris ou de Lyon portent le nom de Georges Marrane et si vous demandez aux nombreuses femmes voilées passant rue Georges Marrane à Vaulx en Velin : « Qui est Georges Marrane ? » Vous serez certainement surpris de la réponse.

En 1962, après la fin de la guerre d’Algérie, De Gaulle modifia la Constitution de 58 en faisant approuver par referendum l’élection du président au suffrage universel. Je suivais les choses de loin, j’étais dans l’Algérie nouvelle et j’étais plus intéressé par la politique du pays nouvellement indépendant. Toutefois, j’aurais probablement voté non à ce référendum, car le Président devenait aussi puissant que l’ensemble des députés de l’Assemblée nationale. Cette élection au suffrage universel mettait en concurrence le Président et le Parlement

La première élection présidentielle au suffrage universel eut lieu fin 1965. J’étais toujours en Algérie. Tout en m’intéressant à cette élection, je la voyais avec une certaine distance. Vu d’Alger, nous voyions la campagne électorale en France avec un certain plaisir dû à la l’absence d’élections libres en Algérie où les changements de gouvernement se faisaient par coup d’état Il y avait l’embarras du choix : De Gaulle, un homme poli, insipide et sans intérêt : Lecanuet, un fasciste authentique ; Tixier-VIgnancourt, un homme dit de gauche : Mitterrand et un candidat folklorique : Marcel Barbu. J’étais décidé à voter Mitterrand, par fidélité envers la gauche, mais aussi parce que je n’appréciais pas la Constitution de la cinquième république et l’élection du président de la république au suffrage universel. Mes parents auraient voté De Gaulle, en raison d’une fidélité envers l’ancien chef de la France libre et d’une certaine méfiance vis-à-vis de Mitterrand, homme politique dont l’action passée était contestable En fait, nous n’avons pu nous inscrire sur les listes électorales et nous n’avons pas voté du tout. J’ai déjà dit à ce sujet que lorsque l’on réside hors du territoire national, on a une position politique toute différente que lorsque l’on réside à l’intérieur. Vu de l’extérieur, la stature du chef de l’état et sa politique extérieure priment sur la vie quotidienne des citoyens. Mes camarades algériens s’étonnaient qu’il y ait tant de français prêts à voter pour un autre candidat que De Gaulle : « Les Français sont cons, qu’est-ce qu’ils reprochent à De Gaulle ? » me disait un de mes amis algériens.

 

II

 

En 1969, je faisais mes études à Grenoble et j’allais de temps en temps à Alger voir mes parents. Au printemps 1969, au retour d’un voyage à Alger, je trouvais la France en pleine campagne électorale pour le référendum sur la décentralisation que De Gaulle avait organisé. J’aurais pu voter oui, car la réforme proposée ne me déplaisait pas, mais considérant qu’il était malhonnête de la part des présidents de mettre son mandat en jeu, je pouvais tout au plus voter blanc. En fait je n’ai pas pu voter car je n’étais pas encore inscrit sur les listes électorales, vu ma situation de nomade. Je n’ai pas été étonné des résultats et j’ai pensé que De Gaulle, vexé de ne pas avoir maîtrisé le mouvement de mai 68 et ne devant son salut qu’à l’habileté de son premier ministre Pompidou, était à la recherche d’une nouvelle légitimité. Le peuple français ne la lui a pas donnée. On peut aussi assimiler le coup de dès du président à un acte suicidaire d’un homme politique épuisé. Il ne devait d’ailleurs pas survivre longtemps à son départ de l’Élysée.

De Gaulle devait démissionner et le Président du Sénat, Alain Poher assurait l’intérim de la présidence. Si De Gaulle avait démissionné en 68, l’intérim aurait été assuré par Gaston Monnerville et la France aurait eu à sa tête un brillant homme politique originaire de Guyane.

La campagne présidentielle devait suivre. Heureusement que je ne votais pas, car je ne savais pas si il fallait voter pour Deferre président avec Mendès-France premier ministre ou pour Rocard. Il est probable que j’aurais voté Rocard. Il y avait aussi Duclos, dont les interventions télévisées étaient extraordinaires : « Monsieur Pompidou, ne veut pas tuer la poule aux œufs d’or, on sait dans quel panier il les met les œufs d’or ! » En aucun cas je n’aurai voté pour Poher, dont les idées politiques ne se différentiaient pas beaucoup de celles de la droite et qui n’avait pas l’intelligence de Pompidou. . Il est probable que j’aurais voté pour Pompidou au second tour. Tout en n’étant pas en accord avec sa politique, je le considérais comme un homme intelligent, cultivé et honnête.

                                                            Jean-Pierre Bénisti

 

 

Repost 0
Published by www.aurelia.myrtho.com
commenter cet article
4 mars 2017 6 04 /03 /mars /2017 16:33

Mon ami Henri Chouvet (1906-1987) m'avait envoyé en 1986 à l'occasion du nouvel an un montage photographique intitulé l'heure c'est l'heure, qui pourrait être inspiré d'une photo d'Èli Lotar exposée actuellement au musée du Jeu de Paume. Il est possible que Chouvet n'est jamais vu cette photo.

Je constate que j'ai fait en 1963 une photo de boucherie à El Oued (Algérie) sans avoir vu la photo des abattoirs d'Èli Lotar

Jean-Pierre Bénisti

Voir : Site du mUsée du Jeu de Paume :

http://www.jeudepaume.org/?page=article&idArt=2686

 

en haut  l'heure c'est l'heure par Henri Chouvet, en bas  photo d'Eli Lotar
en haut  l'heure c'est l'heure par Henri Chouvet, en bas  photo d'Eli Lotar

en haut l'heure c'est l'heure par Henri Chouvet, en bas photo d'Eli Lotar

El Oued en haut Photo JPB ) en bas les abattoirs de la Vilette par Èli Lotar
El Oued en haut Photo JPB ) en bas les abattoirs de la Vilette par Èli Lotar

El Oued en haut Photo JPB ) en bas les abattoirs de la Vilette par Èli Lotar

Repost 0
Published by www.aurelia.myrtho.com
commenter cet article