Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 avril 2018 5 06 /04 /avril /2018 09:33

Fin avril, je regagnais Grenoble par Marseille, pour un trimestre qui fut très mouvementé.

Vers le 1er mai, j’allais voir à la Maison de la Culture le Crime de Monsieur Lange de Jean Renoir, je rencontrais une collègue qui me dit que l’UNEF (Union Nationale des Étudiants de France) avait lancé un ordre de grève nationale à la suite de l’entrée de la police dans la cour de la Sorbonne. Je n’avais pas de radio et je n’étais pas au courant de cette situation. Je n’avais pas l’intention de faire grève : les étudiants en médecine étant en majorité non grévistes, les grévistes auraient été obligés de recopier les cours. Je n’en avais pas l’intention d’autant plus que nous étions à un mois des examens. J’ai donc été à la fac et il n’y avait pratiquement pas de grévistes dans notre amphi.

Par contre dans les facs de lettres et de sciences, les grévistes étaient très nombreux. Le soir après les cours, j’ai rejoint la manifestation des étudiants qui était assez importante.

J’ai reçu une lettre de mes parents qui avaient été informés des manifestations à Paris et à Nanterre et qui me recommandaient la prudence.

Dans les jours suivants, les cours continuaient, mais le mouvement dans les autres Facultés était toujours en marche. Des manifestations avaient lieu quotidiennement dans toute la France et si j’avais de la sympathie pour mes camarades étudiants contestataires, je commençais à être agacé par un mouvement qui semblait s’éterniser. J’étais même un peu honteux de mon manque d’enthousiasme, face à mes amis Séror ou aux Pagliano, avec lesquels nous discutions au Restau U. Malgré mon manque d’enthousiasme, je me suis rendu à la manifestation du 10 mai au centre de Grenoble et j’avoue avoir été assez inquiet de la longueur du parcours de cette manif et de l’absence de mot d’ordre de dispersion, la manifestation s’éteignant spontanément par fatigue. Cela témoignait d’une absence de contrôle de la part des organisateurs de la « manif. »  Le samedi 11 mai, j’appris que des barricades avaient été dressées au Quartier latin, ce qui n’était pas fait pour me rassurer. Le 13 mai, le jour du dixième anniversaire du coup d’état d’Alger à l’origine de la prise de pouvoir du Général de Gaulle, il y eut une grande manifestation d’étudiants au cri de : « Bon anniversaire, mon Général » ou « De Gaulle ! Démission ! »  Alors, à ce moment-là, j’ai commencé à ne plus être d’accord avec le mouvement. Je reconnaissais volontiers qu’il y avait un malaise chez les étudiants et qu’il était important que les autorités politiques entendissent les revendications des étudiants, Par contre je désapprouvais complètement toute tentative tendant à faire partir le pouvoir en place par l’intermédiaire de la rue. Le gouvernement  de l’époque pratiquait une politique qui pouvait nous déplaire, il n’empêche qu’il s’appuyait sur une majorité de députés démocratiquement élus et de façon régulière.

Le jeudi 16 mai, je vais suivre mes cours. Des étudiants nous annoncent en début d’après-midi qu’une assemblée générale des étudiants est prévue après les cours et qu’un ordre de grève générale serait soumis au vote. Aussitôt, l’un de nos camarades, C, qui n’approuvait pas le mouvement et qui pour des raisons qui lui étaient personnelles ne voulait pas que les examens fussent reportés en septembre, prit la parole et demanda que le vote des grèves se fasse au niveau de notre amphi de façon à ne pas suivre le mouvement général au cas où l’assemblée générale vote la grève. Les étudiants refusèrent de suivre C. et considérèrent que l’assemblée générale était la seule habilitée à décider de la grève. Je sentais une évolution au niveau des positions des étudiants. Le soir une assemblée générale des étudiants en médecine ouvrait un débat  sur les différentes revendications des étudiants La grève fut votée, les cours furent arrêtés. Une assemblée générale permanente prenait place avec comme principe le vote de la grève tous les soirs.

Le lendemain, je me suis rendu à la fac. Nous débattions et nous demandions à être entendus. Des professeurs vinrent exposer leurs points de vue : ils avaient tous des idées généreuses, mais on pouvait facilement apercevoir chez certains des arrières pensées carriéristes. Le Professeur Roger1, doyen de la faculté de médecine a annoncé sa venue. L’assemblée décida de recevoir le doyen, de se lever à son arrivée de l’écouter passivement et de ne lui poser aucune question et de se lever après qu’il ait fini de dire son message. Il vint, fit son discours essaya d’ouvrir un débat et voyant qu’il n’avait pas moyen de le faire, repartit vexé.

Le samedi 18 mai, au restaurant du Rabot, des étudiants utilisèrent le haut-parleur pour demander aux étudiants de rejoindre leurs assemblées dans leurs facs. Le directeur de la cité, jugeant intolérable l’utilisation des haut-parleurs pour des messages politiques, vint se plaindre à Bernard Favier, le président de l’association des résidents ; celui-ci  lui répondit : « C’est en effet intolérable de permettre à des étudiants grévistes d’utiliser les haut-parleurs de la cité, mais si je n’avais pas cédé à ces étudiants, vous aurez eu tout simplement les installations cassées. »

À la fac, l’assemblée continuait. Je remarquais que les étudiants qui prenaient la parole avaient des idées et voulaient ouvrir avec les enseignants un dialogue. Devant les réticences des profs, l’assemblée vota l’occupation des locaux universitaires.

Le soir du 17 mai, la Maison de la Culture recevait Kateb Yacine. Je n’avais jamais rencontré à Alger, cet écrivain considéré comme l’un des plus importants écrivains algériens. Je retrouvais là, Ghaouti Faraoun, acteur ami de Sénac, qui avait quitté Alger, qui travaillait à la Maison de la culture et qui jouait quelquefois au théâtre dans la troupe de la Comédie des Alpes. Kateb nous exposa ses conceptions du théâtre et sa position d’écrivain algérien de graphie française;  puis  s’en  prit à Sénac qui, selon lui, cédait à la facilité de bonnes formules de type « belle comme un comité de gestion ». J’ai personnellement peu apprécié cette intervention. Kateb semblait oublier qu’il avait été publié à côté de Camus, Dib et Roblès dans la revue Terrasses  créée et dirigée par Sénac.

Au sortir de la conférence, je rencontrais des étudiants qui m’apprirent que les ouvriers s’étaient joints au mouvement étudiant et que la grève devait s’étendre à l’ensemble des salariés. Je n’étais pas rassuré et je me disais que, d’une part, ce mouvement risquait de déboucher vers une situation chaotique favorable à l’instauration de régime totalitaire ou autoritaire, d’autre part le mouvement ouvrier risquait de gêner le mouvement étudiant qui passerait inévitablement en second plan.

La semaine qui a suivi, a été l’une des plus éprouvantes. La France était en grève. Il n’y avait plus de transports. Les usines étaient fermées et il y régnait un étrange silence dans la ville. Je me rendis comme d’habitude à la fac. Des petits groupes d’étudiants se formaient et des discussions avaient lieu sur des sujets divers. J’avais une certaine sympathie pour ce mouvement étudiant, je n’arrivais pas à dissimuler mes craintes : je craignais que l’extension du mouvement étudiant à l’ensemble des salariés créent une situation confuse où tout deviendrait possible : une situation bordélique faisant le lit d’un régime de type communiste ou de type autoritaire. D’autre part, quoique disent certains leaders étudiants ou ouvriers, les revendications des étudiants et des ouvriers n’étaient pas sur la même longueur d’onde, et la paralysie du pays entraînée par les grèves des trains et des services publics ont empêché la coordination entre les différentes Facultés. Je n’étais pas non plus d’accord avec les idées véhiculées par les étudiants : le maoïsme, le castrisme ou l’anarchisme. L’autogestion m’intéressait, mais je faisais beaucoup de réserves sur les comités de gestion qui avaient vu le jour à Alger.

En somme, j’étais trop vieux, car j’avais vingt-cinq ans. J’avais milité pour l’indépendance de l’Algérie et ayant été de plus en  plus déçu par les lendemains de la révolution algérienne, je n’étais pas prêt à faire la révolution en France. J’étais trop jeune aussi, car venant d’outre-mer, je voyais la France de loin et je n’avais pas encore saisi les méfaits de cette société de consommation que mes camarades contestaient.

Ceux qui étaient nés entre 1945 et 1950, n’étaient pas comme leurs parents de la génération du Front populaire, de la guerre d’Espagne et de la Résistance. Il n’était pas non plus comme leurs aînés qui avaient connu la révolution algérienne et l’anticolonialisme. Il leur fallait une raison de militer, car il se sentait frustrés des combats de leurs parents et de leurs frères aînés.

 

                                                                                  Jean-Pierre Bénisti

 

 

                                           

 

 

1. Jean Roget , professeur de pédiatrie , doyen de la Faculté de médecine de  Grenoble jusqu’en 1968, a été membre du jury de ma thèse en décembre 1972

Photo JPB 1968

Photo JPB 1968

Partager cet article

Repost0

commentaires