Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 février 2011 4 24 /02 /février /2011 19:27

Brassens nous parle dans une de ses célèbres chansons de « cette misérable salope, qui  a couru sans vergogne et pour une escalope se jeter dans le lit du boucher. »

Je pense souvent à cette chanson lorsque je rentre dans une boucherie.Ce n'est pas le boucher qui est à plaindre. Mais son épouse qui est plus caissière que bouchère est constamment en présence de son mari. Je ne lui ai toujours pas posé la question qui me vient à l’esprit : « Votre mari est présent dans la boutique, quand vous y êtes, il est aussi chez vous le soir quand vous avez fini de travailler, à quel moment pouvez-vous caser votre amant ? »

Bien sûr, ce n’est pas important si  cette dame a un amant ou pas ? Mais ce qui est grave c’est qu’elle n’ait pas la possibilité d’en avoir.Et le boucher doit être très malheureux de ne pas avoir la possibilité d'être cocu.

Partager cet article

Repost 0
Published by www.aurelia.myrtho.com
commenter cet article

commentaires