Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 septembre 2012 3 26 /09 /septembre /2012 21:29

               à Albert Camus

 

Comme un souvenir

je t'ai rencontrée,

personne perdue;

 

Comme la folie,

encore inconnue;

 

Fidèle, fidèle

sans voix , sans figure,

tu es toujours là.

 

Au fond du délire,

qui de toi descend.

je parle j'écoute

et je n'entends pas.

 

Toi seule, tu veilles

tu sais qui je suis.

 

La terre se tourne

de l'autre côté,

je n'ai plus de jour

je n'ai plus de nuit ;

 

le ciel immobile

le temps retenu

ma soif et ma crainte

jamais apaisée,

 

pour que je te cherche,

tu les a gardés.

 

Soeur inexplicable,

délivre ma vie,

laisse-moi passer !

 

Si de ton mystère,

je suis corps et biens

l'instant et le lien,

 

ô dernier naufrage

de cette saison,

avec ton silence

avec ma douleur,

avec l'ombre et l'homme,

efface le dieu !

 

Faute inexplable

je suis sans remords,

 

Dans un seul espace,

je veux un seul monde

une seule mort.

 

Jean TARDIEU

Jours pétrifiés

Éditions Gallimard  1948

 

.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by www.aurelia.myrtho.com
commenter cet article

commentaires