Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 mai 2011 3 25 /05 /mai /2011 17:37

Retour sur le cas DSK

 

. Tant que la fellation est un lapsus sorti de la bouche d’une femme politique, cela fait rire. Lorsque elle devient réalité et l’expression de la pulsion  d’un homme publique, cela devient une tragédie. Dans le Point du 16 mai  le psychanalyste  Jacques Alain Miller nous livre une explication  de cette affaire : «   Dans la chaleur de l’événement, nos médias battent leur coulpe pour avoir longtemps caché, sous une couverture, comme les fils de Noé, la nudité du Père ivre. Cependant. La Genèse dit autre chose : que le péché fut celui de Cham, celui des frères qui glissa un regard de curiosité sur l’ervat, l’organe génital qu’il ne devait point voir. Au point où nous en sommes, la pudeur est une vertu désuète, alors que le voyeurisme triomphe: il est en voie de mondialisation. Et c’est un voyeurisme puritain, qui parade, sûr de son bon droit. Fermer les yeux, ce n’était pas bien brillant, certes, mais ça, n’est ce pas pire encore? » (1)

DSK  aurait pu être président de la République. Face à ce drame, il faudrait interroger sur la dangerosité de confier sans garde-fou trop de pouvoir à un seul homme. Il est urgent de modifier la Constitution pour limiter les pouvoirs du président. Le président actuel abuse de son pouvoir en intervenant sur tout et rien et en se comportant plus en candidat qu’en président. Nous avons mesuré la faiblesse des hommes face à la maladie avec Pompidou  et Mitterrand. ; N’oublions pas que la guerre de 1870 a son origine à la crise de colique néphrétique de  Napoléon III, alors qu’il était en discussion avec Bismarck à Erfurt.

 

                                                                       Jean-Pierre Bénisti

 


  (1)   http://empreintesdigitales.wordpress.com/2011/05/19/dsk-entre-eros-et-thanatos/

Partager cet article

Repost 0
Published by www.aurelia.myrtho.com
commenter cet article

commentaires