Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 décembre 2012 3 19 /12 /décembre /2012 19:18

 

 

            Le président français effectue une visite en Algérie. Je suis étonné que de part et d’autre,  le climat ne se soit pas apaisé entre les deux pays. Je comprends les ressentiments de la génération de la guerre d’Algérie, mais je crains qu’actuellement toutes ses demandes d’excuses ne soient utilisées à des fins de politique intérieure ou pour faire de la surenchère à des négociations commerciales.

            Le président de la République ne peut présenter des excuses pour l’action  de la France pendant la guerre d’Algérie. Les exactions commises de part et d’autres avant le cessez-le feu du 19 mars 1962 sont couvertes par l’amnistie des accords d’Évian.

            Présenter des excuses sur la politique de colonisation n’est pas actuellement possible : les faits ont été commis par des personnes disparues depuis longtemps et sous d’autres Monarchies, Empire ou République. Il ne viendrait à l’idée de personne de demander au pape de présenter des excuses pour des faits commis pendant les guerres de religion.

            D’autre part la France est une totalité et ce n’est pas seulement Marcel Bigeard, Guy Mollet, Raoul Salan ou  Maurice Papon, c’est aussi  Germaine Tillion, Albert Camus, Aimé Césaire, Jean-Paul Sartre ou  Edmond Michelet. Les positions des uns et des autres sont différentes. (Personnellement, je me réfère plus aux seconds qu’aux premiers.) Il ne faut pas oublier que la guerre d’Algérie a marqué toute une génération  de Français et d’Algériens et a entraîné un changement de République. .La France s’est trouvé à la fin de la guerre d’Algérie presque en état de guerre civile et c’est la raison pour laquelle, un long silence a suivi la fin de cette guerre. Ce silence était nécessaire pour sauvegarder la paix civile comme cela s’est passé en Espagne quand Juan Carlos a rétabli la démocratie en faisant silence sur le passé de la guerre d’Espagne et de la dictature qui a suivi. La guerre d’Algérie était aussi une guerre franco-française et une guerre algéro-algérienne.

            La loi votée sur le rôle positif  de la colonisation est une loi imbécile non pas en raison de son contenu, mais en raison de son principe. Une loi sur les méfaits de la colonisation eût été aussi néfaste. Ce n’est pas aux lois de fixer le travail des historiens et il semble que beaucoup de Français ou d’Algériens n’ont pas compris cela.

            Une de mes amies me citaient récemment une phrase de Paul Ricoeur : « Il y a peut-être (..) des victimes dont la souffrance crie moins vengeance que récit. » .Ce qu’il est important c’est que d’une part les témoins de la tragédie algérienne raconte leur histoire qui est forcément différente selon le groupe auquel  ils appartiennent : combattants algériens, appelés français, pieds-noirs, libéraux, harkis etc. Les récits mémoriaux ne sont pas l’Histoire mais doivent être entendus et il importe que les historiens puissent travailler. La dernière édition franco-algérienne de l’Histoire de l’Algérie à la période coloniale est une entreprise intéressante. (Éditions la Découverte- Barzakh)

            Depuis l’indépendance de l’Algérie, les deux pays n’ont jamais été aussi liés. Il y a de plus en plus de couple franco-algérien et tout le monde sait que le grand drame de la présence française en Algérie résidait au très faible taux de couples franco-algériens. Les Portugais au Brésil  et en Afrique ont eu plus de succès que les Français et les Anglais dans leur entreprise coloniale.

            Que les Français et les Algériens fassent le plus d’enfants ensemble et que hollande et Bouteflika suppriment les visas !  

 

                                                                       Jean-Pierre Bénisti

Partager cet article

Repost 0
Published by www.aurelia.myrtho.com
commenter cet article

commentaires

LOUANCHI 24/12/2012 20:15

lien vers http://www.dailymotion.com/video/xl0lyn_hocine-le-combat-d-une-vie_news
En 1975, quatre hommes cagoulés et armés pénètrent dans la mairie de Saint Laurent des arbres, dans le département du Gard. Sous la menace de tout faire sauter à la dynamite, ils obtiennent après
24 heures de négociations la dissolution du camp de harkis proche du village. A l'époque, depuis 13 ans, ce camp de Saint Maurice l'Ardoise, ceinturé de barbelés et de miradors, accueillait 1200
harkis et leurs familles. Une discipline militaire, des conditions hygiéniques minimales, violence et répression, 40 malades mentaux qui errent désoeuvrés et l' isolement total de la société
française. Sur les
quatre membres du commando anonyme des cagoulés, un seul aujourd'hui se décide à parler.

35 ans après Hocine raconte comment il a risqué sa vie pour faire raser le camp de la honte. Nous sommes retournés avec lui sur les lieux, ce 14 juillet 2011. Anne Gromaire, Jean-Claude
Honnorat.


Sur radio-alpes.net - Audio -France-Algérie : Le combat de ma vie (2012-03-26 17:55:13) - Ecoutez: Hocine Louanchi joint au téléphone...émotions et voile de censure levé ! Les Accords d'Evian
n'effacent pas le passé, mais l'avenir pourra apaiser les blessures. (H.Louanchi) Interview du 26 mars 2012 sur radio-alpes.net