Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 avril 2020 5 24 /04 /avril /2020 16:33

Los Olivos

 

  

 

¡Viejos olivos sedientos
bajo el claro sol del día,
olivares polvorientos
del campo de Andahicía!
¡El campo andaluz, peinado
por el sol canicular,
de loma en loma rayado
de olivar y de olivar!
Son las tierras
soleadas,
anchas lomas, lueñes sierras
de olivares recamadas.
Mil senderos. Con sus machos,
abrumados de capachos,

 


Olivares, Dios os dé
los eneros
de aguaceros,
los agostos de agua al pie,
los vientos primaverales,
vuestras flores racimadas;
y las lluvias otoñales
vuestras olivas moradas.
Olivar, por cien caminos,
tus olivitas irán
caminando a cien molinos.
Ya darán
trabajo en las alquerías
a gañanes y braceros,
¡oh buenas frentes sombrías
bajo los anchos sombreros!...
¡Olivar y olivareros,
bosque y raza,
campo y plaza
de los fieles al terruño
y al arado y al molino,
de los que muestran el puño
al destino,
los benditos labradores,
los bandidos caballeros,
los señores
devotos y matuteros!...
¡Ciudades y caseríos
en la margen de los ríos,
en los pliegues de la sierra!...
¡Venga Dios a los hogares
y a las almas de esta tierra
de olivares y olivares!

 
 

 

Les oliviers

 

Vieux oliviers assoiffés

sous le clair soleil du jour, 

oliviers poussiéreux

de la campagne andalouse !

Campagne andalouse, peignée

par le soleil caniculaire

de colline en colline rayée

par des oliveraies et des oliveraies !

Terres

ensoleillées,

larges coteaux et sierras lointaines

bordées d’oliveraies !

Milles sentiers. Avec leurs mulets

de cabas accablés

vont journaliers et muletiers

 

…..

 

Oliveraies que Dieu vous donne

les janviers

baignés d’averses

les mois d’août, riches en eau,

et les souffles printaniers

les grappes et de vos fleurs ;

que les pluies d’automne donnent

vos olives violettes.

Oliveraies, par cent chemins

Tes olives s’en iront

portées vers cent moulins.

Voilà qu’elles donneront

dans les fermes du travail

aux valets et journaliers

-sous les larges chapeaux

les bons visages sombres !

Oliveraie, travailleurs de l’olivier, 

forêt et race

champ et place

des fidèles du terroir,

à la charrue et au moulin

de ceux qui montrent le poing 

au destin,

les paysans à l’âme simple,

les bandits au grand cœur,

les seigneurs,

dévots et contrebandiers !...

Villes et hameaux 

sur les rives des fleuves

dans les plis de la sierra !

Que dieu descende dans les foyers

et les âmes des hommes de cette  terre

où à l’oliveraie,  l’oliveraie succède !

 

Antonio Machado : Champs de Castille.

 

Oliviers de Fez 1986 © Jean-Pierre Bénisti

Oliviers de Fez 1986 © Jean-Pierre Bénisti

Paisaje.

 

 

El campo

de olivos

se abre y se cierra

como un albanico ;

Sobre el olivar

hay en cielo hundido

y una lluvia oscura

de luceros frios.

Tiembla junco y penumbra

a la orilla del rio.

Se riza el aire gris.

Los olivos, 

estan cargados 

de gritos

Una bandada

de pajaros cautivos,

que mueven sus larguisimas

colas en lo sombrio.

 

 

 

Paysage

 

La campagne 

d’oliviers

s’ouvre et se ferme

comme un éventail.

Sur l’olivette,

un ciel écroulé 

et une plaie obscure

d’étoiles froides.

Au bord de la rivière

tremblent joues et pénombres.

L’air gris se froisse.

Les oliviers

sont lourds

de cris.

 

Une troupe d’oiseaux captifs,

qui remuent leurs très longues 

queues dans l’obscurité.

 

Federico Garcia Lorca : Poèmes du Cante Jondo.  (Poéma del Cante Jondo)Traduction André Belamich. Éditions 

Gallimard.

 

 

                                                          *

 

 

L’olivier est la verdeur

Du travail et de la force.

 

Federico Garcia Lorca : Chansons orientales in Livre de Poèmes. Traduction André Belamich. Éditions 

Gallimard.

 

 

                                                          *

 

Le poète est un arbre

aux fruits de tristesse

aux feuillages flétris

à pleurer ce qu’il aime.

 

 

Federico Garcia Lorca :Poésies détachées . Traduction André Belamich. Éditions 

Gallimard.

 

 

 

 

 

Paysage de Castille. Dessin de Louis Bénisti 1935

Paysage de Castille. Dessin de Louis Bénisti 1935

Partager cet article
Repost0
23 avril 2020 4 23 /04 /avril /2020 08:27

 

 

Entre le rameau et la feuille 

la sève s'écoule 

   dans les interstices 

             du printemps 

feuilles rouillées et repues de soleil 

feuilles déchiquetées par le sort 

automne silencieux 

   dans la brume des saisons 

Bruissement de vent impatient 

   caressant les cimes 

              comme les cheveux d'une femme 

Chuchotement amoureux 

   de l'oiseau 

              qui se pose 

                     sur la branche 

                     alourdie des mousses d'amour 

Caresses du promeneur 

   sur l'écorce éclatée 

              de cœurs gravés 

par le couple heureux 

              d'insolence 

Tronc majestueux 

   dessinant sur le ciel 

              un vol de moineaux 

                      procession du désordre 

Racines du silence 

   pieuvre terrestre 

              palpant de ses radicelles 

                      le pouls de la terre. 

Entre le rameau et la feuille 

   l'humain 

               bourgeonne 

                      et 

                      contemple la vie. 

  

  

  

Abdelhamid Laghouati  Bacchanales  Revue de la Maison de la poésie Rhône-Alpes n°29

 

 

Tipasa Septembre 1969   © Jean-Pierre Bénisti

Tipasa Septembre 1969 © Jean-Pierre Bénisti

Partager cet article
Repost0
23 avril 2020 4 23 /04 /avril /2020 08:19

Europe

 

Arbre mutilé, maintenant sois libre

 

Ils avaient empoigné des branches

Pour les cingler et les briser ensemble

Par le calcul et la rigueur de leurs plaies ;

 

Ils les maintenaient en branle éperdu,

Ils les tourmentaient de durs élans captifs

Ils se disputaient tes fruits et tes feuilles

Et jusqu’à tes nids

 

Ils ont fait de toi pendant vingt saisons

Un arbre d’hiver et quel hiver !

Le sol est jonché de tes frondaisons

Ton écorce perd en lumières blêmes

Poisseuses partout de la même sêve.

 

Mais maintenant, veuille revivre et libre !

Mais maintenant, oh ! veuille te garder !

Ton faîte est brisé, mais le tronc est fort,

Mais l’espoir est fort, mais la terre est riche ;

Et vois tes bourreaux, leur œuvre n’a pu

Que précipiter leur décrépitude

 

Arbre, écartelé par leurs convoitises,

Tes bras déchirés, tes bras ennemis,

Fais-les, se nouer, se croiser, s’étreindre

Se quitter, se tordre et se prendre encore

De telle façon que tu ne sois plus

Un déploiement de forces divergentes,

Mais un seul destin, un amour, un arbre ;

 

 

Charles Vildrac. Chant du désespéré (1914-1920)

 

 

 

Rome Mars 2003 © Jean-Pierre Bénisti

Rome Mars 2003 © Jean-Pierre Bénisti

Partager cet article
Repost0
22 avril 2020 3 22 /04 /avril /2020 13:35

L’arbre volant

 

 

Que les bois aient des arbres,   

Quoi de plus naturel ? 

Que les arbres aient des feuilles, 

Quoi de plus évident ? 

Mais que les feuilles aient des ailes, 

Voilà qui, pour le moins, est surprenant. 

Volez, volez, beaux arbres verts. 

Le ciel vous est ouvert. 

Mais prenez garde à l’automne, fatale 

Saison, quand vos milliers et milliers 

D’ailes  redevenues feuilles, tomberont.  

  

  

  

Edmond Jabès

Petites poésies pour jours de pluie et de soleil

Gallimard, 1991 

Bandol (Avril 2018) © Jean-Pierre Bénisti)

Bandol (Avril 2018) © Jean-Pierre Bénisti)

Partager cet article
Repost0
22 avril 2020 3 22 /04 /avril /2020 13:05

 Vivre  comme un arbre, seul et libre,

Vivre en frères comme  les arbres d'une forêt

Ce rêve est le notre

                        *

Mes yeux ne se lassent pas de voir les arbres

Les arbres si plein d'espoirs, les arbres si verts

                          *

L'arbre et l'homme sont mêlés l'un à l'autre.

 

 

 

Nazim Hikmet : Ce pays est le notre.

 

 

 

 

 

 

Delphes (Septembre 1978 ) © Jean-Pierre Bénisti

Delphes (Septembre 1978 ) © Jean-Pierre Bénisti

Partager cet article
Repost0
21 avril 2020 2 21 /04 /avril /2020 08:26

Les arbres

 

                                   À Charles le Quintrec.

 

Trois arbres sont couchés

Comme des rois qui rêvent

Sapin, bouleau, pêcher, 

Si l’existence est brève.

 

Il faut en dire un mal

Têtu ! Trois arbres chôment

L’un se dit animal

L’autre dit symptôme

 

D’il ne sait que les cieux

Les océans, les fables

Car l’homme est contagieux

Et l’âme inabordable

 

A rasé la forêt

L’homme a mis sa revanche

Trois arbres sont abstraits 

De mépriser les branches.

 

Alain Bosquet : Maître-objet. Gallimard

 

Kabylie. Novembre 1968 © Jean-Pierre Bénisti

Kabylie. Novembre 1968 © Jean-Pierre Bénisti

Partager cet article
Repost0
21 avril 2020 2 21 /04 /avril /2020 08:19

 Arbres 

 

 

J'ai des racines 

Pour enfoncer mon silence dans les pierres 

Je garde mémoire de pluies 

  

Je marque en cercles 

leurs érosions de bonheur et chagrins 

  

J'épanouis leur murmure d'à-côtés 

En mains conductrices d'espoir 

  

Je suis l'arbre 

Et la femme qui dort serait semblable à moi 

Sans l'alliage des paroles 

                                    qui traverse 

                                      son rêve. 

  

  

  

Marie-Claire Bancquart : Mémoire d'abolie. Éditions Belfond

 

 

Lubéron Juillet 1970  © Jean-Pierre Bénisti

Lubéron Juillet 1970 © Jean-Pierre Bénisti

Partager cet article
Repost0
20 avril 2020 1 20 /04 /avril /2020 11:33

 

Feuillage des arbres, grottes vertes, percées d’issue, fonds déplaçables, aux moindres brises ; mouvance ; remous des formes ; parois déchiquetés ; monture élastique des branches, balancement arrondi ; lamellicules et alvéoles.

 

André Gide : Les nourritures terrestres. Gallimard.

Lourmarin. Juillet 1971 © Jean-Pierre Bénisti

Lourmarin. Juillet 1971 © Jean-Pierre Bénisti

Partager cet article
Repost0
20 avril 2020 1 20 /04 /avril /2020 11:28

 

 

Peupliers et trembles
Peupliers et trembles

Jean-Paul de Dadelsen: Jonas. Gallimard. 1962

Partager cet article
Repost0
19 avril 2020 7 19 /04 /avril /2020 11:44

Si je m'endormais au cœur du Rien dans des confins rongés d'eaux grises

Si je naissais dans des berceaux taillés dans le cœur des géants

Si j'avais le soleil pour dais, la nuit pour traîne et si le cœur

Du Monde résonnait avec les oiseaux sauvages dans mon cœur

 

Alors peut-être au centre de tout naîtrait une rose

Non plus un cri, mais une fleur vive dans un jardin

Et toutes les rumeurs, le bruit du ressac, le train des houles

Se tairaient pour une seule rose et son parfum.

 

Les arbres morts reverdiraient pour remonter dans leur voyage

Pour annoncer que sur les plages les hauts nuages et les vents

Ne croient plus aux Dieux morts, que tout revit dans la durée

D'une fleur d'un seul jour, que le temps partage le temps,

 

Et que tout continue et que tout recommence

Que l'intérieur regarde et parle et refleurit

Dans le silence revenu où l'on entend battre une rose.

 

 

 

 

Pierre Seghers

Racines in Disque Poésie de demain : Laurent Terzieff dit les poèmes de Pierre Seghers.

 

 

Olivier (Lourmarin 1961) © Jean-Pierre Bénisti

Olivier (Lourmarin 1961) © Jean-Pierre Bénisti

Partager cet article
Repost0