Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 juillet 2012 3 04 /07 /juillet /2012 10:59

En juin 1962, je me trouvais à Paris. J’avais dû quitter Alger en septembre 1961 et une tante m’avait hébergé. Le 25 juin, je devais passer  le bac au lycée Honoré de Balzac à Clichy. Je n’ai pas été satisfait de mon examen, mais après une telle impréparation, je ne pouvais qu’attendre un miracle. J’étais si peu satisfait que je n’aie pas eu le courage de préparer un oral  hypothétique.

            À la fin de la semaine, alors que les habitants de l’Algérie s’apprêtaient à voter au referendum d’autodétermination, je reçus un appel d’un ami qui m’invitait à venir passer un week-end à Trouville, dans une maison appartenant à sa famille. J’ai été ravi de pouvoir me promener en Normandie. Cette région dont les maîtres d’école d’Algérie nous avaient vanter le charme en nous faisant apprendre par cœur  une chanson en l’honneur d’un pays qui ne nous avait pas donné le jour.  J’ai pu apprécier ces coins de Normandie que beaucoup de peintres avaient p représenté,notamment Boudin ou Marquet... Nous avons été à Honfleur et à Deauville. Je n’étais pas encore familiarisé au flux et au reflux, étant avant tout méditerranéens.

            Alors que la France organisait le rapatriement des pieds-noirs qui affluaient dans les ports et les aéroports, l’Algérie votait et déjà des dissensions apparaissaient au sein de la  direction du FLN.  Mohamed Khidder démissionnait du GPRA et devait être suivi de Ben Bella. On apprenait qu’ils partaient à la frontière algéro-marocaine rejoindre l’armée algérienne des frontières dirigée par le Colonel  Boumediene., qui s’opposait à l’armée des maquis des différentes wilayas. Le  "bordel" commençait et cette situation chaotique était naturellement exploitée par les nostalgiques du temps de la colonisation. .

Après ce séjour en Normandie, je rentrais à Paris et je trouvais des cousins qui revenaient d’Alger dans une immense tristesse apprenant que l’Algérie passait le cap de l’indépendance. Cette tristesse contrastait avec mon enthousiasme. Je venais de me procurer le numéro spécial de l’Espoir Algérie, journal des libéraux d’Algérie, qui reparut pour saluer l'Algérie indépendante et encourager les libéraux à  travailler dans la nouvelle Algérie. Ce numéro de l’Espoir devait être le dernier. Il y avait en première page une citation d’Emmanuel Robles :

-         Quelle peut bien être ta patrie ?

-         Là, où tu veux vivre sans subir l’humiliation.

 

Je passais au quartier latin et je rencontrais Pierre Salama, qui arrivait d’Alger et me dit qu’il voudrait  voir mes parents en compagnie de sa sœur Myriam et  son beau-frère : Maître Yves Dechézelles. Au bar le Soufflot, qui était paraît-il un café de gauche, je rencontrais l’acteur Boudjemaa Bouhada, qui me présenta son ami le peintre Denis Martinez. Ce dernier parcoura la revue Partisan, que je venais d’acheter chez Maspéro et apprécia un poème de Nordine Tidafi intitulé Paix. Il  y avait aussi dans cette revue  un poème trouvé chez un soldat de l’ALN tué au maquis. Je m’aperçus que j’avais déjà lu ce poème et qu’il était de Malek Haddad.

Et la colombe, la paix revenue dira :

Qu’on me fiche la paix,

Je redeviens oiseau

Je me suis précipitais à la Joie de lire pour signaler l'erreur à Marie-Thérèse Maugis, l’épouse de Maspéro à l’époque qui me dit que l’erreur avait été signalée et qu’il était émouvant d’apprendre que des maquisards algériens aimaient la poésie.

 

         Le 5 juillet, Mouloud Belkebir, militant trotskyste et vraisemblablement membre de la fédération de France du FLN m’avait invité à venir fêter l’Indépendance  autour d’un couscous, il m’avait  donné rendez-vous au métro Bonne Nouvelle. J’hésitais à aller fêter cet événement,   vis-à-vis de ma famille qui si elle devait apprendre que je partage le couscous avec les indépendantistes,  en aurait été  blessée. Malgré tout, je décidais de me rendre  au lieu de rendez-vous, mais j’y arrivais trop tard et ne je ne pouvais rencontrer mes camarades. C’était sans doute un acte manqué. J’allais donc au quartier latin et je faisais le tour des restaurants algériens de la rue de la Huchette. Ils avaient tous pavoisé avec des drapeaux verts et blancs et l’on entendait des chants patriotiques algériens dont Min Djibellina, ce fameux chant qui commence par l’air de Sambre et Meuse. Un Algérien m’offrit le numéro spécial de l’Ouvrier algérien,   journal de l’UGTA, qui avait revêtu les couleurs du drapeau algérien. Je rentrais à midi au 64 où je retrouvais mes cousins, qui manifestaient leur tristesse. L’après-midi, je fis le tour des boulevards extérieurs et j’ai pu apprécier l’ambiance festive créée par les Algériens, boulevard de la Chapelle, Boulevard de la Villette, Belleville et Ménilmontant.

          Bien plus tard, Jean Pélégri me racontant cette fameuse journée du 5 juillet 1962 me dit  que ce jour-là, il était à la fois heureux de voir la fin de la guerre et les Algériens retrouvant leurs dignités, mais aussi triste de voir ses compatriotes français devant quitter l’Algérie ou y rester mais  dans un pays  devenu étranger. Il me dit avoir eu la visite de deux amis algériens : Mourad Bourboune  et Abdallah Benanteur qui lui dirent : « Jean, nous savons qu’aujourd’hui, c’est pour toi un jour difficile et nous ne voulions pas te laisser seul ce jour. »  Les trois amis firent un tour le soir sur les quais de Seine qui en ce temps du mois de juillet étaient très animés. Vers dix heure du soir, ils entendirent une voix crier : « Mourad ! Mourad ! » Mourad Bourboune se retourna et vit un de ses anciens camarades pied-noir qui venait de quitter l’Algérie. « Tu te souviens Mourad  du professeur de latin qui nous faisait apprendre des tirades de l’Enéïde ! » Et voilà que le jour de l’Indépendance de l’Algérie un Algérien et un Français se mettent à déclamer des vers de Virgile :

Arma virumque cano, trojae qui primus ab oris, italiam fato profugus Laviniaque venit..

Voir algériens et français se retrouver le jour de l’indépendance de l ‘Algérie sur les bords de la Seine pour réciter l’Enéide paraît surréaliste... Nous comprenons aisément  que le colonialisme n ‘a pas été entièrement négatif.

Le soir de ce 5 juillet, j’ai écouté les informations à la radio, pour savoir comment les manifestations s’étaient déroulées en Algérie. Les algérois ont manifesté leurs joies avec beaucoup de dignité. À Oran, par contre, il y eut des morts. On aurait tiré sur des manifestants,   et  des Européens furent massacrés. Ces troubles à Oran sont encore aujourd’hui  encore inexpliqués.

J’ai rejoint mes parents en Algérie, seulement en septembre 62 le jour où le peuple d’Alger manifestait aux cris de « Sebbaa snin Baraket ! » (Sept ans, c’est assez !).

 

                                                           Jean-Pierre Bénisti

 

Ali-pici-2.jpg

 

Alger 1962,

Photo JPB

Partager cet article

Repost0
14 juin 2012 4 14 /06 /juin /2012 15:17

Un homme a toujous deux caractères, le sien et celui que sa femme lui prête.

Albert Camus

L’Été

 

 

Une campagne électorale très ennuyeuse vient d’être troublée par la compagne abusive du nouveau président.

La presse a parlé de psychodrame et ce propos, je constate que celle qui partage la vie du président de la République ne doit pas aller souvent au théâtre et je lui conseillerais de participer à des stages de vrais psychodrames, elle pourrait à loisir jouer le rôle de la femme d’un président où celle d’un autre. Cela éviterait  de participer à un psychodrame non contrôlé où l’image du Président de la République et à travers lui l’image de la France entière se trouve ternie.

Il ne faut pas oublier qu’un homme  (ou une femme politique) élu est dans sa vie publique en représentation et il joue le rôle que les citoyens lui demande de jouer. Le principal défaut reproché au précédent président est de n’avoir pas compris ce principe. Lorsqu’il traite de pauvre con,  un individu qui l’interpelle, on ne lui reproche pas de dire un gros mot que tout un chacun prononce quotidiennement, mais tout simplement de sortir de son rôle, un peu comme si un acteur en scène, arrêterait de jouer pour faire taire un spectateur bruyant.

Valérie T vient de s’illustrer en confondant vie publique et vie privée. Regardant la télévision durant la campagne présidentielle, je la voyais  aux côtés de son compagnon-candidat, j’avoue avoir été agacé par la façon dont  elle s’imposait toujours derrière lui. Elle joué le beau rôle uniquement lorsqu’elle a esquissé quelques pas de danse sur l’air de la Vie en rose.

Si Ségolène R est la rivale de Valérie T, c’est une affaire strictement privée et il n’est pas convenable d’essayer de flinguer publiquement une rivale privée. Il n’est pas non plus normal de faire état de divergences avec son compagnon pour des questions personnelles et en pleine campagne électorale.

Certes Ségolène n’aurait pas du annoncer si vite son ambition pour la présidence de l’Assemblée et François Hollande n’aurait pas du rompre le silence qu’il s’était imposé dans la campagne,  pour apporter à son ancienne compagne,  un soutien appuyé.

Madame, que vous soyez première ou dernière dame, cela n’a strictement aucune importance !  Vous avez réussi une chose : vous êtes plus détestée qu’estimée ! Il ne vous reste qu’une seule chose à faire : Quittez donc la scène publique et ne rejoignez votre compagnon que dans sa chambre, s’il vous y invite !

 

                                                                                  Jean-Pierre Bénisti

 

Voir

Le blog d’Antoine Blanca :Trierweiler’s attitude, ressentiment et politique.

http://inter-socialiste.over-blog.com/article-trierweiler-s-attitude-ressentiment-et-politique-106822945.html

 

Partager cet article

Repost0
12 juin 2012 2 12 /06 /juin /2012 11:57

Dans Libération, OPDA (Olivier Poivre d’Arvor) explique les raisons de sa démission du jury du prix du roman arabe.

Le jury qui avait décerné son prix à Rue Darwin de Boualem Samsal  a décidé de se déjuger depuis que l’écrivain algérien s’est rendu en Israël.

Il est permis de critiquer dans un sens ou dans un autre l’attitude de l’écrivain. Cependant il y a une chose sur laquelle les membres de ce jury qui se déjugent devraient méditer. Comment le contenu d’un livre se modifie en fonction du comportement se son auteur, une fois le livre imprimé ?

J’espère recevoir les commentaires de ces honorables jurés  qui se déjugent.. Il y a de quoi faire de longues dissertations.

 

                                                                       Jean-Pierre Bénisti

 

 

 

Voir Lettre ouverte à Boualem Samsal  par Salah Guemriche

http://blogs.mediapart.fr/blog/snp/110612/lettre-ouverte-boualem-sansal

 

Pourquoi je démissionne du prix du roman arabe, par Olivier Poivre d’Arvor

http://www.liberation.fr/culture/2012/06/10/pourquoi-je-demissionne-du-prix-du-roman-arabe_825121

 

Partager cet article

Repost0
3 mai 2012 4 03 /05 /mai /2012 11:09

La ménagerie de Tristan

 

L'éléphant qui n'a qu'une patte
A dit à Ponce Pilate
"Vous êtes bien heureux d'avoir deux mains
Ça doit vous consoler d'être consul romain"

Tandis que moi, sans canne et sans jambe en bois
Je suis comme un héron et jamais je ne cours et jamais je ne bois
Et je ne parle pas des soins qu'il me faut prendre
Pour monter l'escalier qui conduit à ma chambre

J'aimerais tant laver mes mains avec un savon rose
Avec du Palmolive, avec du Cadum
Car il faut être propre et ne puis me laver
Et j'ai l'air ridicule, debout sur le pavé

Je n'ai pour consoler cette tristesse affreuse
Que ma trompe pareille aux tuyaux d'incendie
Et si je mets les pieds dans le plat
Ils y restent et l'on ne peut me manger à la sauce poulette

Plaignez, Ponce Pilate, plaignez cette misère
Il n'y en a pas de plus grande sur Terre
Vous êtes bien heureux de laver vos deux mains
Ça doit vous consoler d'être consul romain

 

Robert DESNOS

Partager cet article

Repost0
1 mai 2012 2 01 /05 /mai /2012 07:41

 

Le Muguet

 

Un bouquet de muguet,

Deux bouquets de muguet,

Au guet !Au guet !

Mes amis, il s'en souviendrait,

Chaque printemps au premier Mai.

Trois bouquets de muguet,

Gai ! Gai !

Au premier Mai,

Franc bouquet de muguet.

 

Robert DESNOS

Chantefables et Chantefleurs

Partager cet article

Repost0
26 avril 2012 4 26 /04 /avril /2012 13:42

Correction-LB381.jpgCorrection-LB382.jpgCorrection-LB384.jpg

 

 

Expositions Louis Bénisti  à Nancy

 

 

du 10 mai au 1er juin 2012

 

 

Louis  Bénisti et son temps

La Douera

2 rue du Lion d'or 

Malzéville

Vernissage vendredi 11 mai à 18h

Conférence de Anissa Bouayed à 19h30

Queques jalons de la peinture algérienne

 

Bénisti : l'oeuvre ultime

Conseil Général de Meurthe et Moselle

Rue du Sergent Blandan

Nancy

Vernissage le mardi 15 mai à 17h30

Conférence de Jean-Pierre Bénisti à 18h30

Les peintres d'Alger de 1930 à 197O

 

Bénisti, Camus et ses amis

MJC Lillebonne

14 rue du Cheval Blanc 

Nancy

Conférence Mardi 29 mai à 20h30 de Zakia Abdelkrim

Camus et la Méditerranée

 

 

 

expositions réalisées avec le concours de l'association Diwan en Lorraine et de l'Association des Amis de Louis Bénisti

 

Voir le Site :
 http://www.louisbenisti.fr/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
26 avril 2012 4 26 /04 /avril /2012 11:08

Fe374.jpgNuméro spécial Féraoun 

avec des articles de Guy Basst, Jean-Pierre Bénisti, Farida Boualit, Christiane Chaulet-Achour, Abdrrahmane Djeflaoi, Guy Dugas, Nora KaisseMaïdi, Albert Memmi, Youcef Merahi, Arezki Metref et Hamid Nacer-Khoja
Voir : 

Partager cet article

Repost0
12 avril 2012 4 12 /04 /avril /2012 16:29

Raymond Aubrac, Ahmed Ben Bella, deux pans entiers de notre histoire qui s’écroulent en un seul jour !

Il ne faut pas oublier que la  plus grande faute politique commise par le Gouvernement français fut le détournement de l’avion transportant Ben Bella et ses compagnons en octobre 1956. Cet acte prolongea inutilement la guerre d’Algérie et entraîna la quatrième république dans sa chute.

Lors de la première année de l’Indépendance de l’Algérie, Ben Bella avait eu l’heureuse initiative de faire la journée de l’arbre en invitant les citoyens à venir planter un arbre au lieu dit de l’Arbatache.

Jean Sénac fit un poème en l’honneur de l’Arbatache et dans son recueil Citoyens de Beauté,(1) il dut le censurer pour  que le nom du Président n'apparaisse pas après le coup d’état du 19 juin 1985. Il eut l’idée de faire un renvoi à la première revue qui avait publié ce poème.

 

Éditions de 1987 (Subervie, Rodez, 1967)

 

Arbatache345.jpg

 

 

 

 

Arbatache344-copie-1.jpg

 

 

 

 

 

 

Éditions de 1999 (Actes-Sud, Arles1999)

 

Arbatache-b342.jpg

 

 

 

Arbatache346.jpg

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
12 avril 2012 4 12 /04 /avril /2012 16:17

Nous pouvons maintenant lire la plupart des articles de journaux sur Internet. Et cependant, je continue à acheter tous les jours leMonde. J’achète ce journal depuis le lycée, cela fait plus de cinquante ans et je continue à le lire, malgré la baisse de sa qualité. D’un journal exceptionnel à l’époque de Beuve-Merry, il est devenu un quotidien comme les autres, tributaire de  la publicité et de l’appétit des lecteurs pour les scoops et le sensationnel ;

      Une des raisons de ma dépendance au Monde est la lecture quotidienne des avis de décès. Les habitants des grandes villes et qui appartiennent à une famille spirituelle dispersée  n’ont pas beaucoup de relations dans la ville où ils habitent et la presse locale ne les intéresse guère, aussi ils se rabattent donc sur la presse nationale : ma famille lit le Monde. Une autre famille lit le Figaro.

      Samedi dernier, j’ai appris le décès de Monsieur Raymond Jean. Il m’arrivait souvent de rencontrer au hasard de promenade dans la vieille ville d’Aix ou à la Cité du livre.

     J’avais entendu parler de Raymond Jean lorsqu’une amie m’offrit un petit livre qu’il avait écrit sur Éluard. Éluard, ce poète dont nous connaissons tous le poème Liberté et dont le Président Pompidou cita à propos de Gabrielle Russier, alors que toute la France était émue par ce drame :

            Comprenne qui voudra ;

            Moi mon remords ce fut

            (…)

            La victime raisonnable

            À la robe déchirée

            Au regard d’enfant perdue

            Découronnée défigurée

            Celle qui ressemble aux morts

            Qui sont morts pour être aimés ;(1)

Raymond Jean  publia les lettres de son élève Gabrielle Russier. (2)

Marie Salavert, qui était bibliothécaire  et notre voisine nous avait parlé du livre qu’elle fit avec lui sur les textes de Victor Hugo sur la peine de mort.(3)
Mes parents avaient apprécié la Lectrice, ce récit qui devint un film  de Michel Deville avec Miou-miou et Maria Casarès.(4)

J’ai mieux connu Raymond Jean quand  Nicole Benkimoun, une de ses élèves qui fit une série de peintures sur les textes de Saint-John Perse incita son professeur à venir visiter en sa compagnie et avec le poète Jean-Claude Villain, l’atelier de mon père, le peintre Louis Bénisti.

Mon père, qui souffrait du mépris des aixois pour les artistes, qui n’avaient pas su reconnaître Cézanne en son temps, fut très honoré de  la visite d’un écrivain reconnu ;

Après la  mort de mon père, Raymond Jean.eut l’amabilité d’écrire un texte d’hommage pour l’exposition  des dernières peintures de Bénisti organisée par les Rencontres Méditerranéennes Albert-Camus de Lourmarin. (5)

 

 

Reconnaissance à Raymond Jean.

 

 

                                                           Jean-Pierre Bénisti ;

 

 

 

 

 

 

 

 

      1. Paul ELUARD : Au rendez-vous allemand. Éditions de Minuit, Paris 1945

 

 

2. Raymond JEAN  Pour Gabrielle, Seuil, Paris, 1971

 

 

3. Victor HUGO : Ecrits sur la peine de mort; lecture de Raymond Jean; [éd. établie par Marie Salavert. ) Actes Sud. Arles,, 1985

 

 

4.  Raymond JEAN  La lectrice. Actes-Sud, Arles, 1986

 

5.  Transparences : Catalogue de l’exposition de Louis Bénisti. Dernières peintures. 1988-1995. Foyer Rural de Lourmarin, publié ensuite dans la revue Algérie-littérature-Action n°67-68: Louis Bénisti, peintre sculpteur et écrivain. Éditions Marsa, Alger, 2003. Voir : http://www.revues-plurielles.org/_uploads/pdf/4_67_21.pdf

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Correction-LB-F-Tulipes328.jpg

 

Louis BÉNISTI : Femme à la tulipe Gouache 1990

Partager cet article

Repost0
4 avril 2012 3 04 /04 /avril /2012 17:30

L’effroyable tragédie de Toulouse et le cinquantenaire de la fin de la guerre d’Algérie nous amène à nous interroger sur le terrorisme. J’ai relaté à ce sujet la discussion que j’avais eu avec ma famille à propos de l’affaire Djamila Boupacha.

Du temps de la guerre d’Algérie, le débat sur ce sujet était très vif. Camus avait lancé son appel pour une trêve civile le 22 janvier 1956 demandant que les attentats s’arrêtent en même temps que la répression aveugle qui en découlait. Il a aussi exprimé son refus du terrorisme aveugle lors de son séjour à Stockholm et dans son livre Actuelles III (1): « …ceux qui ne connaissent pas la situation peuvent difficilement en juger, mais ceux qui la connaissant, continuent de penser héroïquement que le frère doit périr plutôt que les principes, je me bornerai à les admirer de loin, ils ne sont pas de ma race. » Cette phrase avait été citée par Jules Roy dans son livre la Guerre d’Algérie (2). Camus s’était déjà exprimé sur le sujet dans sa pièce les Justes, pièce écrite bien avant le début de la guerre d’Algérie.

Ce cinquantenaire de la fin des hostilités nous permet de nous remémorer les évènements douloureux que beaucoup d’entre nous ont vécu  et que d’autres plus jeunes en ont eu des échos par leurs parents. Les historiens travaillent et les témoins écrivent.

            Dans le Monde du 7 février 2012 (3) Delphine Renard, la petite fille blessée par une bombe qui visait André Malraux, en février 62, s’indignait sur les hommages rendus à ceux qui avaient soutenus l’action de l’attentat dont elle avait été victime.

            Dans une lettre ouverte à l’auteur de l’attentat contre le Milk-bar à Alger, Danielle Michel-Chich (4) raconte sa vie reconstruite après qu’elle ait été victime de l’attentat du 30 septembre 1956 où alors qu’elle avait cinq ans, elle perdit sa grand-mère et sa jambe. Il ne s’agissait pas pour Danielle Michel-Chich d’ouvrir un nouveau procès à Zohra Drif, la militante qui a posé la bombe et qui est devenue après l’Indépendance une femme politique reconnue. L’amnistie n’est pas l’amnésie et si au cours du colloque de Marseille, il y eut une rencontre entre Danielle M-C et Zohra D et cela est heureux, je suis déçu de la réponse de Zohra D qui eut une réaction défensive en déplaçant le débat sur un plan  général de l’histoire du colonialisme et de ses méfaits. Ce n’est pas la réponse que j’attendais et j’aurais préféré que Zohra D laisse le cadre général de l’histoire et qu’elle  éleve le débat à une échelle tout simplement humaine. Nous savons bien que l’attentat du Milk-Bar faisait suite à un autre horrible attentat rue de Thèbes dans la Casbah mais dans l’horreur les victimes des uns ne retranchent pas celles des autres, elles s’additionnent.

            L’attentat a transformé les vies de Zohra D et de Danielle M-C : pour Zohra, il s’agit d’un acte fondateur, car à partir de cette acte, elle est devenue une héroïne de la révolution puis une femme politique.. Pour Danielle, sa blessure a été pour elle une seconde naissance et sa nouvelle vie a été structurée sur ce traumatisme.

            La rencontre de ces deux dames n’a donc pas été au niveau de celle de la grande duchesse et de Kaliayev  dans les Justes de Camus, ou de  celle du pape Jean-Paul II et de son agresseur, un des actes les plus importants de ce pape.

            Un enfant n’est jamais coupable des faits de leurs aînés et ne peuvent être des victimes expiatoires.

 

                                                                                  Jean-Pierre Bénisti

 

  1. Albert Camus Actuelles III, Chroniques Algériennes 1939-1958 ; Gallimard, Paris 1958
  2. Jules Roy : La Guerre d’Algérie ; Julliard Paris, 1960
  3. Delphine Renard : Guerre d’Algérie l’histoire en révision. Le Monde 7 février 2012 http://www.ldh-toulon.net/spip.php?article4855
  4. Danielle Michel-Chich : Lettre à Zohra D. Flammarion, Paris 2012-04-04

 

 

Voir aussi

 

1 ;Bruno Frappat  La petite Dany du Milk-Bar  La croix, 7 février , 2012

                                                                                                         

http://www.la-croix.com/Culture-Loisirs/Culture/Livres/La-petite-Dany-du-Milk-Bar-_NG_-2012-02-08-766546

 

2. Interview de Danielle Michel-Chich

http://www.dailymotion.com/video/xptcds_a-la-rencontre-de-danielle-michel-chich-auteur-de-lettre-a-zora-d_news

et articles de Lise Tiano dans le Nouvel obserateur

http://tempsreel.nouvelobs.com/les-50-ans-de-la-fin-de-la-guerre-d-algerie/20120330.OBS5126/guerre-d-algerie-je-n-ai-pas-de-colere-pas-de-ranc-ur-pas-d-envie-de-revanche.html

 

 

3. Interview de Zohra Drif

http://www.dailymotion.com/video/xptw9x_re-ponse-de-zohra-drif-a-danielle-michel-chich_news

Ghania Lassal: . Quand le départ se transforme en procès El Watan 3 avril 2012

 

 

 

 

 

PS : Dans un article de Ghania Lassal dans El Watan du 3 avril 2012 :sur le  Colloque Marianne-El Khabar (Acte II en 2013) Benjamin Stora prétend que l’appel de Camus pour une trêve civile a été ignoré.. Cet appel n’a pas du tout été ignoré. Les parties concernées (Gouvernement de Guy Mollet et FLN) ne l’ont pas accepté. Des membres du FLN comme Amar Ouzegane, Mohamed Lebjaoui et probablement Ferhat Abbas l’ont approuvé à titre individuel. Quant à Abane Ramdane, je ne sais pas où Benjamin Stora a trouvé des traces des relations de celui-ci avec Camus. J’attends qu’il cite ses sources.

                                                                                                          JPB

 

 

Voir  à ce sujet :

 

Amar OUZEGANE :Le meilleur combat. Editions du Seuil. 1962. réédition ANEP, 2006)

Mohamed LEBJAOUI : Vérités sur la révolution algérienne, Gallimard, 1970, réédition, ANEP, Alger 2005

Ferhat ABBAS : Autopsie d’une guerre Paris 1980

 

Partager cet article

Repost0