Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 janvier 2012 6 07 /01 /janvier /2012 15:15

Hier, notre Président a fait le voyage en Lorraine pour rendre hommage à notre héroïne. Il était accompagné de l’inévitable Nadine Morano, qui semble pouvoir facilement se reconvertir dans la chansonnette, lorsqu’elle en aura assez de la politique. Je ne sais si les trois capitaines l’auraient appelée vilaine, mais elle chante très bien Avec mes sabots.

Je m’attendais à ce qu’on nous annonce une loi interdisant de nier que cette personne ait été brûlée.

Aujourd’hui ce sont des enfants de Pétain qui iront rendre hommage à une Pucelle.

Je me souviens avoir été à Donrémy lorsque j’étais enfant et j’ai eu à cette occasion ma première leçon d’histoire.(Photo ci-jointe, j'avais six ans)

Beaucoup d’écrivains et de cinéastes se sont inspirés de cette figure mythique. Parmi eux, Joseph Delteil parle de Jeanne bébé :

« Jeanne est repue. La petite rose bave sur le sein maternel. Elle s’agite, devient chinoise. Ô chinoiseries ! Elle rit, et ses gencives nues font à son rire un décor d’aurore. Qu’y a-t-il ? Elle rotte, ma parole ! Ô rose rot ! Elle rote, elle rit, elle éternue –atchim- elle rit. Halte-là ! Je crois qu’elle pisse ! Petite cochonne ! »

 

 

Jean-Piierre Bénisti

 

Photo prise par ma maman.Donremy059.jpg

Partager cet article
Repost0
29 décembre 2011 4 29 /12 /décembre /2011 14:50

 

     Henri Chouvet (1906-1987),  sculpteur et graveur originaire de La Ciotat ayant travaillé en Algérie ne s'est jamais pris tout à fait au sérieux. Il avait toujours l'habitude d'organiser les soirées de réveillon et savait faire partager sa bonne humeur et avait créé au moment où les évènements étaient particulièrement tristes le club (virtuel) des çavassarrangistes . Tous les membres du club devaient dire en se levant le matin : "Ça va s'arranger!"  Au moment du passage d'une année à l'autre il nous faisait chanter a capela un petit cantique :

Le jour de l'an approche,

C'est le jour le plus beau,

On cherche dans sa poche,

Pour faire un petit cadeau,

Moi qui n'ai rien au monde

Pas même un petit écu,

Ma pièce la plus ronde,

C'est le trou de mon cul.

Peu de temps avant son décès, il m'avait envoyé un collage avec comme légende

Chouvet935-1.jpg

 

Trêve !avons nous pensé des micro-horizons

Faisons jaillir les culs  de leurs belles prisons 

Et passant le flambeau sur vos fesses charnues       

Rechargeons les accus.

  Il finit sa vie à Paris et avec son ami le peintre et graveur Jean Signovert, il fit surtout des gravures. Il mourut en septembre 1987.

 

                                                                                                         Jean-Pierre Bénisti

 

Belle-epoqueIMG_1923.JPG

 

La Belle époque (Gravure 1980)

 

Paris-77690.jpg

 

Henri Chouvet dans son atelier de Montmartre en avril 1977(Photo JPB)

 

Partager cet article
Repost0
20 décembre 2011 2 20 /12 /décembre /2011 17:57

Ballade de Noêl

 

 

« Tant l’on crie Noël qu’il vient. »
François VILLON

 

C’est vrai qu’il vient et qu’on le crie !
Mais non sur un clair olifant,
Quand on a la gorge meurtrie
Par l’hiver à l’ongle griffant.
Las ! Avec un râle étouffant
Il est salué chaque année
Chez ceux qu’il glace en arrivant,
Ceux qui n’ont pas de cheminée.

Il jasait, la mine fleurie,
Plus joyeux qu’un soleil levant,
Apportant fête et gâterie,
Bonbons, joujoux, cadeaux, devant
Le bébé riche et triomphant.
Mais quelle âpre et triste journée
Pour les pauvres repus de vent
Ceux qui n’ont pas de cheminée.

Heureux le cher enfant qui prie
Pour son soulier au noeud bouffant,
Afin que Jésus lui sourie !
Aux gueux, le sort le leur défend.
Leur soulier dur, crevé souvent,
Dans quelle cendre satinée
Le mettraient-ils, en y rêvant,
Ceux qui n’ont pas de cheminée ?

                          ENVOI

Prince, ayez pitié de l’enfant
Dont la face est parcheminée,
Faites Noël en réchauffant
Ceux qui n’ont pas de cheminée.

            Jean RICHEPIN  (1849-1926)

            La  chanson des Gueux

 

 

Lorsque j’étais à l’école primaire à Alger, j’avais eu un jeune instituteur qui  savait que les enfants ont une excellente mémoire et que l’on pouvait mettre à profit cette mémoire pour faire apprendre (par cœur) des  poésies intéressantes, loin des niaiseries habituelles. C’est ainsi  que j’ai du apprendre une Ballade de Noël écrite par un écrivain né à Médéa : Jean-Richepin.  Nous étions fiers d’apprendre un poème écrit par un de nos compatriotes, car Richepin est né à Médéa.

En fait , Richepin est né à Médéa par hasard, son père étant médecin militaire qui eut probablement " un enfant non voulu, qui est devenu un chevelu poète." alors qu'il aurait préféré qu'il fut notaire.

Cette ballade est une imitation de Villon et si on veut la chanter, il suffit de se servir de la musique que Brassens a écrite pour la Ballade des dames du temps jadis.

Le même Brassens a mis en musique un poème de Richepin .intitulé Philistins :

 

« Philistins, épiciers,
Alors que vous caressiez
Vos femmes,
Vos femmes.

En songeant aux petits
Que vos grossiers appétits
Engendrent,
Engendrent.

Vous disiez : ils seront,
Menton rasé, ventre rond,
Notaires,
Notaires.

Mais pour bien vous punir,
Un jour vous voyez venir
Au monde,
Au monde.

Des enfants non voulus
Qui deviennent chevelus
Poètes,
Poètes.

Car toujours ils naîtront
Comme naissent d’un étron
Des roses,
Des roses.

 

 Brassens a légèrement modifié le texte et n'a pas retenu  le dernier couplet.  

 

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2011 7 18 /12 /décembre /2011 19:39

Prague-90795B.jpg

 

Le Pigeon de Prague

Mai 1990

Photo Jean-Pierre Bénisti

Partager cet article
Repost0
16 décembre 2011 5 16 /12 /décembre /2011 16:18

 

              C’était à Grenoble, à la veille de Mai 68. Cette ville refusait l’apathie de la plupart des villes de provinces françaises, qui se complaisent à laisser à Paris, le monopole de toute création artistique. Lors des élections législatives de 1967, les grenoblois s’étaient honorés en élisant comme député Pierre Mendès-France et Grenoble avait accueilli en février 1968 les Jeux Olympiques d’hiver.

À cette occasion, il y avait eu de grands projets urbanistiques comme la construction de la Maison de la Culture. L’architecte choisi était André Wogenscki, un élève de Le Corbusier dont Louis Miquel m’avait souvent parlé. C’était un bâtiment en forme de bateau qui prit d’ailleurs le nom de Cargo.  Wogenscki avait   demandé à sa femme Marta Pan, sculptrice reconnue, de faire une sculpture monumentale constituée de deux pierres s’emboîtant.

            J’avais déjà vu des œuvres de cet artiste notamment en 1957, quand je vis les Ballets de l’étoile, dirigé par Maurice Béjart, encore inconnu. Béjart avait conçu un ballet autour d’une sculpture de Marta Pan (1). Il posait la question de la relation entre la danse et la sculpture. J’avais d’ailleurs discuté de ce ballet avec Béjart lorsque j’assistais à une de ses conférences au cours du festival d’Avignon de 1967. À ma grande surprise, Marta Pan était dans la salle et participa au débat.

         Par la suite, je vis au cours d’un voyage en Hollande, une sculpture animée et flottante au milieu d’un bassin de Marta Pan, dans les Jardins du Musée Kroller-Muller à Otterlo.

            Fin mars 1968, je devais aller la Maison de la culture voir le merveilleux Arlechino servitore di due padroni (Arlequin valet de deux maîtres) joué par la troupe du Piccolo Theatro de Milan dirigé par Giorgio Strehler. Je rencontrais  à ce spectacle Paule et Jean-Pierre Pagliano, qui voyant mon appareil photo m’invitèrent à venir avec eux rencontrer le cinéaste Georges Franju dans le but de faire quelques photos.

            Je ne connaissais pas très bien ce cinéaste. J’avais vu cependant le Sang des bêtes,documentaire sur les abattoirs et la Tête contre les murs, film adapté d’un roman d’Hervé Bazin, qui pose déjà en 1960 le problème de la psychiatrie asilaire.

            Au cours de notre entretien, Franju racontait beaucoup d’histoires et se mit à commenter la sculpture de Marta Pan, nous dit : « C’est l’art de faire d’une pierre deux couilles. »

            Cette phrase ne devait pas tomber dans des oreilles de sourds.

            Jean-Pierre Pagliano vient de publier un article relatant ses entretiens avec Franju dans un ouvrage collectif consacré à Franju : Le mystère Franju (2) Il raconta cette épisode.

 

                                                                        Jean-Pierre Bénisti

 

1.« C'est la découverte de la sculpture de Marta Pan "Le Teck" qui inspira ce pas de deux crée par Michèle Seigneuret et moi-même en 1956 au Festival d'Avant-garde à Marseille, sur le toit de l'immeuble de Le Corbusier. » Maurice Béjart  http://www.citypercussion.com/textes/teck/teck.htm

 

2. Voir : Jean-Pierre Pagliano : Entretiens avec Georges Franju. In Le Mystère Franju, ouvrage dirigé par Franck Lafond. Collection Cinémaction. Editions Charles Corlet, 14110 Condé-sur-Noireau, 2011

 

 

 

 

  1. .Grenoble-Franju023.jpg

 

Correction-Marta-Pan90635.jpg

 

Grenoble-Franju015.jpg

 

Photographies (Photos JPB)

  1. Grenoble  Sculpture de Marta Pan
  2. Otterlo, Sculpture de Marta Pan
  3. Georges Franju s’entretient avec Paule et Jean-Pierre Pagliano

 

 

Partager cet article
Repost0
13 décembre 2011 2 13 /12 /décembre /2011 12:36

"À la Sainte Luce, les jours s'allongent d'un saut de puce." dit le proverbe

"Que les élèves qui ont vu le jour s'allonger  lèvent le doigt." dit l'instituteur à ses élèves.

Partager cet article
Repost0
23 novembre 2011 3 23 /11 /novembre /2011 16:37

ACKagne Bugeaud 611

Le 23 novembre 1961, Maurice Perrin était assassiné à Alger par un commando de l’OAS. Dans ce climat de guerre civile qui régnait à Alger à la veille de l’indépendance, l’organisation terroriste entreprenait son vaste travail de suppression physique des personnes susceptibles de construire des ponts entre les diverses communautés. Et c’est ainsi que des avocats comme Maître Popie, des fonctionnaires comme Alfred Locussol, des militants socialistes comme William Lévy et plus tard les inspecteurs des Centres sociaux comme Salah Ould Aoudia, Max Marchand et le célèbre écrivain Mouloud Feraoun furent les innocentes victimes d’un terrorisme imbécile ;

Maurice Perrin avait été le condisciple d’Albert Camus au lycée d’Alger en hypokhâgne 

 

Sur la photo célèbre de la classe d’hypokhâgne du lycée Bugeaud, on reconnaît au centre Monsieur Paul  Mathieu, professeur de français, Monsieur Sauvage, proviseur, Monsieur Garoby, professeur d’histoire et géographie et Évelyne Izac (future Baylet) Au deuxième rang, à l’extrême droite, Jean Bogliolo, et de droite à gauche  André Bélamich, une étudiante inconnue et Claude de Fréminville, derrière le proviseur. Toujours au deuxième rang, mais à l'extrême gauche Marcel Chiapporé, puis Paul Boyer. Au dernier rang, de droite à gauche Maurice Perrin, puis Albert Camus sans calot.

Il fréquentait Camus à l’époque où il dirigeait le théâtre de l’Équipe et il le rencontrait souvent dans la Maison Fichu dite Maison devant le monde et dans l’atelier de Bénisti. En 1956, il devait participer aux côtés de Miquel, Simounet, Roblés, Maisonseul et Poncet, à l’organisation du mouvement de la Trêve Civile, faisant suite à l’appel d’Albert Camus. Peu après l’attribution du prix Nobel à Camus, il rédigea un portrait de Camus qui aurait du être publié dans le premier numéro de la revue Rivages, qui aurait dû reparaître. Le projet de reparution fut abandonné à la suite du plasticage de la librairie d’Edmond Charlot. Il disait dans cet article encore inédit : «  A travers toute son œuvre court une vibration secrète qui lui donne son timbre unique: l'ardente volonté de prendre pleinement possession de sa condition d'homme, non pas dans la solitude, mais fraternellement avec tous ceux qui l'assument souvent dans l'obscurité, le désarroi ou le désespoir, ne le rend pas  sourd au mystérieux appel d'une voix qui a nom Beauté, Innocence, Pureté... »

 

                                                                       Jean-Pierre Bénisti

 

Voir :

 

Album Camus, iconographie choisie et commentée par Roger Grenier. Gallimard,, Bibliothèque de la pléiade, 1982.

Paul Mathieu : Petite histoire de la Khâgne africaine (Avant-propos de Guy Basset) in Présence d’Albert Camus. Revue publiée par la  Sociétés des études Camusiennes, n°1, 2010

Jean-Pierre Bénisti : Camus au lycée d’Alger Blog http://www.aurelia-myrtho.com/article-albert-camus-au-lycee-d-alger-70645529.html

 

Jeanne Delais : l’Ami de chaque matin. Vie et luttes de Claude Terrien. Grasset, Paris, 1969

Page 114-115

 

Maison-devant-le-monde.jpg

 

La Maison devant le Monde : gouache de Louis Bénisti

éxécutée en 1989, d'après un dessin de l'époque.

Partager cet article
Repost0
11 novembre 2011 5 11 /11 /novembre /2011 13:14

Je sais que les guerriers de Sparte
Plantaient pas leurs épées dans l'eau
Que les grognards de Bonaparte
Tiraient pas leur poudre aux moineaux
Leurs faits d'armes sont légendaires
Au garde-à-vous, je les félicite
Mais, mon colon, celle que j'préfère
C'est la guerr' de quatorz'-dix-huit

 

                Georges Brassens.



 

Aujourd’hui nous célébrons la fin de la Grande guerre. Pourquoi pas ? Cette  guerre eût une telle importance qu’elle mérite que l’on s’en souvienne. Mais faut-il  pour cela maintenir un jour de congé quand peu de personnes se rendent aux cérémonies de souvenir.

Dans mon enfance, je me souviens que les fenêtres des maisons de  la ville où j’habitais étaient,  ce jour-là,  recouvertes  de drapeaux et comme l’anniversaire de la naissance de ma mère est  le 12 novembre, je pensais que s’il y avait des drapeaux,  c’était en l’honneur de ma maman.

Et ceci me ramène à des histoires familiales : la naissance de Solange, ma mère en 1914 avait permis à mon grand-père, père d’un quatrième enfant d’être démobilisé et de ne pas partir aux Dardanelles, où périrent la plupart de ses camarades de régiment.

L’oncle de mon père, que l’on appelait Tonton Jules, fut blessé sur le front et sa blessure fut fêtée car elle lui permit de ne pas être tué. Ce tonton Jules, après sa démobilisation, ne cherchait pas à travailler beaucoup et vivait d’expédients. Il avait un caractère histrionique et faisait quelques poésies sentimentales ou quelques chansonnettes dans l’esprit des opérettes à la mode au début du vingtième siècle.  J’ai retrouvé un de ses petits écrits sentimentaux :

 

En 1915

 

Émotion ressentie par l’auteur

 

Il avait fait la Marne, il avait fait l’Yser

Pataugeant dans la boue, il avait, tout l’hiver,

Vécu dans les boyaux. Les balles, les obus,

L’avaient rendu malades. Il avait combattu,

Ne se plaignant jamais, l’âme pleine de rage,

Un puissant ennemi ne rêvant que pillage

Il s’était endurci aux horreurs de la guerre,

Insensible aux  grands maux, dont il était témoin,

Piétinant des cadavres maculés de terre,

Il allait, le cœur sec, ne s’émouvant de rien.

En changeant de secteur, un jour, son bataillon

Passa devant une humble et modeste maison

À moitié détruite, et dont les occupants

Étaient partis au loin, en des lieux plus cléments.

Il vit, gisant au sol, et d’un bras amputée,

La chevelure blonde, une pauvre poupée…

Devant cette maison, minuscule pourtant,

Mais qui lui fit penser qu’autrefois une enfant,

Rieuse et sans souci, avait joué par là.

Pour la première fois, notre poilu  pleura.

 

Jules Zermati

 

Cette guerre dans notre famille était considérée par mon entourage comme une énorme connerie, comme l’avait dit Prévert. Une étincelle à Sarajevo avait mis le feu aux poudres et les soldats dans les tranchées ne pensaient plus beaucoup à l’Archiduc. Elle eut une très grande répercussion sociale. Un jeune conscrit échappa au casse-pipe, il avait assassiné Jean Jaurès et put être protégé pendant  quatre ans en prison, pour ensuite être libéré.

 

Robert Namia, un ami de mes parents, nous disait : « Nous, enfants nés pendant la guerre 14, nous étions tous des orphelins ou des bâtards. »  Et en effet, beaucoup de mères de famille durent élever seules leurs enfants et furent obligées de travailler en dehors de leurs foyers. Vers 1960, dans un restaurant parisien , une vieille dame nous disait : «  Je me considère, comme une veuve de guerre  Je dis à tout le monde que je suis une veuve de guerre,  vous vous rendez compte, lors de la Grande Guerre, il y eut beaucoup de garçons d’un âge proche du mien, qui sont morts et les filles se sont retrouvées en surnombre par rapport aux garçons et comme on dit beaucoup de filles n’ont pas pu trouver chaussures à leurs pieds et sont restées célibataires. Nous sommes comme des veuves de guerre, mais nous n’avons pas eu de pensions et heureusement que nous avons trouvé du travail. »

 

Je me souviens d’un fait divers ayant défrayé la chronique : un anarchiste parisien vint faire cuire deux œufs au plat sur la flamme du soldat inconnu. La dérision est peut-être une forme d’hommage.

Benjamin Péret rendit hommage aux anciens combattants

 

Si la Marne se  jette dans la Seine

C’est parce que j’ai gagné la Marne

S’il y a du vin en Champagne,

C’est parce que j’y ai pissé

(…)

Je suis un ancien combattant

Regardez comme je suis beau

 

Le chansonnier Monthéus écrivit une chanson célèbre chantée par Yves Montand : La butte rouge :

 

Sur cette butte là y'avait pas d'gigolettes
Pas de marlous ni de beaux muscadins.
Ah c'était loin du Moulin d'la Galette,
Et de Paname qu'est le roi des patelins.
C'qu'elle en a bu du bon sang cette terre,
Sang d'ouvriers et sang de paysans,
Car les bandits qui sont cause des guerres
N'en meurent jamais, on n'tue qu'les innocents !

La butte rouge, c'est son nom, l'baptême s'fit un matin
Où tous ceux qui grimpaient roulaient dans le ravin.
Aujourd'hui y'a des vignes, il y pousse du raisin,
Qui boira d'ce vin là, boira l'sang des copains.

 

 

 

Cette chanson a été écrite pour célébrer la bataille de la Somme. On pensait qu’il s’agissait d’un hommage aux Communards de 1871. Il y avait déjà confusion de mémoire

 

Enfin le plus bel hommage fut rendu par Brassens dans sa célèbre chanson.

 

 

            Jean-Pierre Bénisti  

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
9 novembre 2011 3 09 /11 /novembre /2011 19:49

             J’ai vu ces jours-ci Chronique d’un été, un film d’Edgar Morin et de Jean Rouch : des jeunes un peu plus âgés que je l’étais à l’époque du film,   s’expriment sur le sens de leurs vies de leurs engagements, en essayant de répondre à la question : « Êtes-vous heureux ? » pendant l'été 1960. Tous ces jeunes sont imprégnés par les ravages de la dernière guerre et d’un grand désir de révolution. La décolonisation devient un problème interne à la France, ce qui n’est pas le cas pour ceux qui vivent en Algérie. On aperçoit Régis Debray, tout jeune avant son aventure sud-américaine et Marcelline Loridan, une très belle jeune fille  qui deviendra cinéaste et qui porte  malheureusement tatoué sur son avant-bras le numéro matricule de déporté.

      Les différentes personnes qui parlent fument sans arrêt comme si la combustion des cigarettes rythmait le temps.  Et la cigarette brûle comme la vie se consume. L’acte de fumer en 1960 n’avait pas la même fonction qu’aujourd’hui où le fait de fumer devient presque honteux.

       Les conversations tournent autour des questions intéressant les jeunes de l’époque qui aboutiront à mai 68.

         Comment refuser la guerre d’Algérie et pourquoi se battre dans une guerre absurde ? C’était la veille de la publication du Manifeste des 121 appelant à la désertion.

        Les évènements sanglants secondaires à l’indépendance du Congo ex-belge freinent-ils le mouvement d’une nécessaire décolonisation ?

       Comment les étudiants et les ouvriers peuvent-ils lutter en commun pour satisfaire leurs revendications ?

         Toutes ces questions se posaient à ces jeunes, issus plutôt de la petite bourgeoisie, dont les parents étaient militants des partis de gauches ou avaient été résistants et qui étaient confrontés au combat anti-colonialiste et à la guerre d’Algérie.

          En 68, les étudiants plus jeunes que celles de la génération du film, se sont trouvés frustrés d’un combat : leurs parents étaient résistants et leurs frères ou sœurs militaient contre la guerre d’Algérie. Cette frustration a abouti à un mouvement de révolte sans idéologie première.

         Dans le film Edgar Morin et Jean Rouch, débattant après le visionnages des entretiens  remarquent que les jeunes parlent de généralités ou bien si ils parlent d’eux-mêmes, ils deviennent exhibitionnistes et cette question me renvoie à mes propres interrogations : souvent, mes parents me disaient au sujet de ma conversation : « Tu nous parles que de généralités. Parle-nous de toi  » Et, en effet, parler de généralités est une défense pour ne pas se dévoiler. Plus tard, en prenant de l’âge j’ai essayé de me libérer de mes défenses en essayant de me raconter et en utilisant le " Je".. Une amie me disait : « Toujours tu dis : Moi, je !  Quel égocentrisme ! »Je lui répondais que le fait de dire Je me permettait d’assumer mes responsabilités et que pour moi, le moi n’était pas haïssable.

 

                                                           Jean-Pierre Bénisti

 

Voir :

http://www.lemonde.fr/cinema/article/2011/10/18/chronique-d-un-ete-et-un-ete-50-la-jeunesse-des-trente-glorieuses-dans-l-objectif-de-jean-rouch-et-edgar-morin_1589783_3476.html

 

 

 

Partager cet article
Repost0
8 novembre 2011 2 08 /11 /novembre /2011 12:18

            Une femme de ménage a détérioré, en voulant la nettoyer, une œuvre d’art constituée par l’installation d’une cuvette souillée. Il me semble que cette dame a commis, elle aussi, une œuvre d’art dans sa réaction par rapport à l’objet exposé. Une œuvre d’art n’existe que par la réaction qu’elle suscite.

            Jean Dubuffet disait,  en substance à un de ses interlocuteurs que la culture était peut-être un bouton de la braguette de son pantalon perdu un matin en montant dans le train.

            Voilà une pensée à méditer pour les fonctionnaires du ministère de la culture.

 

                                               Jean-Pierre Bénisti

 

http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2011/11/04/sale-une-femme-de-menage-detruit-une-partie-dune-oeuvre-dart-dune-valeur-de-800-000-euros/

 

Partager cet article
Repost0